La tête dans un endroit que la décence m’interdit de nom­mer, nous voi­là par­tis pour le troi­sième et ultime jour de notre périple en terre romanche.

st-moritz-0097

Au pas­sage, une petite pho­to pour rap­pe­ler que la reli­gion tourne en rond…

Le bus file sur une route plu­tôt tor­due et pas mal pen­tue. Rapi­de­ment, y’a de la neige des­sus, et sur­prise : ici, les gens roulent nor­ma­le­ment, on se croi­rait dans le Ver­cors. Des Pari­siens en seraient tout ébau­bis.

st-moritz-0099

Une ch’tite demi-heure de route et nous rejoi­gnons une cara­vane près de la route. Un type attache des chiens tota­le­ment hys­té­riques, genre “aaaaaah, enfin on va sor­tir”.

st-moritz-0100

Les deux de devant ne s’abaissent pas à de telles fri­vo­li­tés, mais sur­veillent sérieu­se­ment les alen­tours. Il sem­ble­rait que ceux-ci soient les plus malins du lot, parce que faut mettre les plus intel­li­gents devant et les plus cos­tauds der­rière (notez que c’est donc exac­te­ment le contraire d’une armée en cam­pagne).

st-moritz-0101

Faut dire qu’il vaut mieux être fleg­ma­tique quand on est pris d’assaut par une troupe de papa­raz­zis.

st-moritz-0102

Un p’tit high-key plus ou moins volon­taire au pas­sage (c’est bien beau de caler son appa­reil en spot pour une image, mais faut pen­ser à le remettre en matri­ciel après)…

st-moritz-0103

…et c’est par­ti ! Oui, pho­to­gra­phier au pifo­mètre, c’est ma grande pas­sion. Petit tour de 500 mètres en ter­rain plat et déga­gé…

st-moritz-0104

…puis retour au point de départ. Les chiens ont l’air d’avoir un peu plus chaud que tout à l’heure : faut dit qu’il ne gèle même pas, que la neige est du coup un peu col­lante en sur­face, que le trai­neau s’enfonce pas mal et que les cent der­niers mètres sont en mon­tée.

st-moritz-0105

Deuxième tour, voi­là une pho­to plus clas­sique pour ce genre de loi­sir. La piste est tra­cée à l’avance, heu­reu­se­ment pour les chiens…

st-moritz-0107

Sitôt ren­trés, je jette un œil au sys­tème de frei­nage. Y’a une mâchoire qui s’enfonce dans la neige et à l’arrêt, au cas où ça suf­fi­rait pas, le pilote jette l’ancre, lit­té­ra­le­ment.

st-moritz-0108

Arri­vée du deuxième trai­neau, les chiens intel­li­gents de devant ont trou­vé un type qui avait l’air sym­pa et ont fon­cé droit des­sus. En fait, la chienne de tête vou­lait pas­ser à gauche, près du pre­mier atte­lage, tan­dis que le musher vou­lait pas­ser à droite pour se garer en paral­lèle. Mes lec­teurs les plus achar­nés auront recon­nu une situa­tion qui s’était moins bien conclue la der­nière fois

st-moritz-0106

Fin du tour de manège, il va fal­loir y aller. Pour­tant, que la mon­tagne est belle… (NB : page écrite le 14 mars 2010.)

st-moritz-0109

Juste le temps que Ste­pha­nie nous fasse remar­quer un trou­peau de formes qui prennent le soleil sur les rochers, de regret­ter de pas avoir pris le 55–200 (“bon sang chuis trop con, il est pour­tant pas si encom­brant” et toute cette sorte de choses)…

st-moritz-0110

…et de pho­to­gra­phier un véhi­cule qui res­semble au mien — sauf que celui-ci, bien sûr, c’est un syn­chro — en pen­sant à l’autre uti­li­sa­teur de T3, qui a décli­né l’invitation au traî­neau et est quelque part en train de skier sur un gla­cier. Il est temps de redes­cendre.