Je dis bonjour,

Toujours,

Aux gens.

Faut être poli,

Ici,

Tout l’temps ;

Et je salue :

« Bienvenue,

Qu’y a-t-il ? »

On me répond

Comme pion :

Mépris.

Chuis un surveillant

Les gosses, leurs parents,

Le boss, les agents

Et les enseignants,

Qu’est-ce qu’ils peuvent être chiants !

Pour les élèves,

J’me lève :

Sept heures.

Je rejoins ma turne,

Mon plume,

Onze heures.

Entre, je bosse

Sans pause,

Je trace.

On m’remercie :

On m’dit :

« Feignasse ! »

Chuis un surveillant

Les gosses, leurs parents,

Le boss, les agents

Et les enseignants,

Qu’est-ce qu’ils peuvent être chiants !

Pour les élèves,

J’l’ai fait,

J’comprends :

Prendre pour des cons

Les pions,

Tout l’temps.

Les enseignants,

En revanche,

Sont fous :

Ils seraient quoi,

Ceux-là,

Sans nous ?

Chuis un surveillant

Les gosses, leurs parents,

Le boss, les agents

Et les enseignants,

Qu’est-ce qu’ils peuvent être chiants !

Nous on surveille,

Merveille,

Les colles

Que ces braves gens,

Tout l’temps,

Nous collent,

Sans une pensée,

Jamais,

Pour l’pion

Qui va s’fader

Après

Leurs cons.

Chuis un surveillant

Les gosses, leurs parents,

Le boss, les agents

Et les enseignants,

Qu’est-ce qu’ils peuvent être chiants !

À l’internat,

Y a pas

D’chauffage ;

Les gars s’dégèlent,

Bordel,

Pas sages !

C’est pas rangé,

Après,

C’est sûr.

Qui c’est qui prend ?

Le sur-

veillant !

Chuis un surveillant

Les gosses, leurs parents,

Le boss, les agents

Et les enseignants,

Qu’est-ce qu’ils peuvent être chiants !

C’est décidé,

J’vais faire

Aut’chose.

Demain dès l’aube,

Un job

Plus rose.

L’éducation,

C’est bon,

Ça va ;

Mais désormais,

J’voudrais

Être roi.

Fonctionnaire c’est

Planqué,

Géant !

J’passe le CAPES,

Je reste

Trente ans !

Chuis un enseignant

Enfin, méprisant

Les gosses, les agents

Et les surveillants,

Chuis un enseignant !

(05/03)