Toi tu l’embrasses, tu veux qu’il reste,

Et l’en­fermes dans tes gen­tillesses

Mais il ne peut pas

Res­ter là, même dans tes bras,

Besoin de voyage…

L’homme aux pieds nus se pro­mène

Dans mille palais, chez dix mille reines ;

Mais il repart

Et s’é­loigne dans les mémoires.

Guide du rou­tard dans une poche,

Et On the road dans la main gauche,

Et il cite Bau­de­laire,

Joyeux sans en avoir l’air,

Juste les yeux qui brillent…

L’homme aux pieds nus suit ses rêves

Dans mille poèmes et dix mille vers ;

Et dans sa tête,

Il s’i­ma­gine poète.

Son œil regarde le bleu pro­fond,

La ligne, là-bas, à l’ho­ri­zon.

Il va repar­tir,

Voir au loin ce qui l’at­tire,

On the road again…

L’homme aux pieds nus suit l’ho­ri­zon,

Les mille romans, dix mille chan­sons,

Qui disent, là-bas,

Il y a quelque chose à voir.

L’heure de par­tir, enfin, approche,

Il a trois dol­lars dans la poche,

Un pouce ten­du

Pour arrê­ter les voi­tures,

La route 66…

L’homme aux pieds nus a lu Kerouac,

Et dix mille lits et mille hamacs

L’ac­cueillent un soir :

Le len­de­main, il repart.

(01/04)