Joyeux anniversaire

Était-il beau ? Ça dépend… Disons qu’il avait un phy­sique, quoi. Après, la beau­té… Est-ce qu’un dau­phin pilote est beau ? Non, hein, c’est le plus moche des céta­cés. Mais il s’en fout : sa lai­deur lui va très bien, elle lui per­met d’avoir un des meilleurs sonars du règne ani­mal et une couche de lard bien chaude pour aller chas­ser en plein milieu d’un océan gla­cial, quand ses cou­sins plus mignons res­tent près de côtes.

Je m’égare. Reve­nons donc à notre sujet du jour. Lui aus­si, il a peu de gras çà et là, et lui a aus­si un énorme bulbe. Du coup, lui non plus n’est pas très beau. Mais chez lui aus­si, c’est fonc­tion­nel : il avait besoin d’avaler très, très gros, et sans mâcher. Et, comme pour les dau­phins pilotes, ces attri­buts esthé­ti­que­ment par­ti­cu­liers lui ont pro­cu­ré un cer­tain avan­tage évo­lu­tif : sa des­cen­dance n’est peut-être pas très nom­breuse, mais elle a connu un suc­cès cer­tain et demeure irrem­pla­çable.

“Gup­py enceinte” : le sur­nom lui allait bien, puisqu’elle a eu toute une por­tée de reje­tons directs et ins­pi­ré une poi­gnée de des­cen­dants loin­tains. — pho­to Nasa

Joyeux anni­ver­saire, Aero Spa­ce­lines Pre­gnant Gup­py.

Voir aussi :