La pre­mière étape pour aller au Pérou n’est guère ori­gi­nale : ça se passe en avion. Enfin, en avions. J’en prends trois, avec autant d’escales : le pre­mier (un Boeing 757 d’American Air­lines) m’amène à New York le 6 juillet au soir, le deuxième (un 767 de LAN) me per­met d’atteindre Lima le 7 à l’aube, et le troi­sième (un A320) m’amène à Are­qui­pa mais fait un cro­chet par Cus­co. Départ same­di en fin d’après-midi, arri­vée dimanche midi grâce au déca­lage horaire.

À Rois­sy, l’Américain qui véri­fie les pas­se­ports regarde ma pho­to, me regarde, puis me sort : “quand je vois cette pho­to, vous savez, je suis catho­lique, et là je pense à Jésus”. Ah, certes. Euh… On répond quoi à ça ? J’hésite entre “mes élèves me sur­nom­maient comme ça” et “moi, je pense plu­tôt à un troll”, je décide de m’abstenir.

JFK, j’attends mon sac pen­dant près d’une heure ― non, Ame­ri­can ne le fait pas suivre, ça serait trop simple : je dois le récu­pé­rer, retour­ner au gui­chet le faire enre­gis­trer et repas­ser les contrôles de sécu­ri­té. Heu­reu­se­ment, la cor­res­pon­dance dure quatre heures et j’ai de la marge, mais j’espère que ça ira plus vite sur les autres. Immi­gra­tion sans pro­blème, comp­toir Ame­ri­can pour me ré-enre­gis­trer sur le vol sui­vant, RAS.

P1000129

En vol, on nous dis­tri­bue les papiers qui nous per­met­tront de récu­pé­rer la tar­je­ta de migra­ción, qui tient lieu de visa dans ces pays civi­li­sés (pas besoin de deman­der à l’avance, faire tam­pon­ner à l’entrée et rendre à la sor­tie, c’est même pas payant). Au pas­sage, je vous dois un aveu : j’ai pas­sé trois semaines à essayer de pro­non­cer “tar­je­ta” comme il faut, mais je crois que r rou­lé-jota, c’est au-des­sus de mes capa­ci­tés.

Au pas­sage, l’exploitation sexuelle d’enfants et d’adolescents est illé­gale, je m’en dou­tais un peu mais ça sur­prend tou­jours de le voir écrit en gros en pre­mière page du for­mu­laire.

P1000132

Il fait nuit puis, aux envi­rons de Tru­jillo, le jour se lève. Spec­tacle superbe : nous sur­vo­lons une couche de stra­to-cumu­lus, dense, régu­lière, à perte de vue. Impos­sible de dis­tin­guer le Paci­fique du conti­nent. Puis on des­cend là, en plein milieu de la couche, pour une approche for­cé­ment aux ins­tru­ments, et je com­prends ce que veut dire “sai­son des brumes” à Lima.

Je passe l’immigration, pre­mière bonne sur­prise : pas besoin d’un mot d’anglais, tout passe avec mes très vagues notions de la langue. Bon, quand le bon­homme me demande com­bien de temps je reste, je réponds spon­ta­né­ment “fino al vein­ti­cin­co”, et je me rends compte en le disant que c’est ni de l’italien ni de l’espagnol, mais ça passe comme une lettre à la Poste.

Récu­pé­ra­tion des bagages, ré-enre­gis­tre­ment, on attaque le der­nier vol. C’est le matin, je regarde les Andes et l’altiplano ; puis, l’avion passe direc­te­ment de la mon­tée à la des­cente, en fai­sant une para­bole d’une dizaine de secondes où l’on sent bien la dimi­nu­tion de la gra­vi­té, et vingt minutes après nous sommes en approche sur Cus­co. Nous arri­vons de l’ouest, le vent aus­si ; on se fau­file entre les mon­tagnes, puis un virage ser­ré, le win­glet gauche au ras des toi­tures et sous très forte incli­nai­son, nous amène dans l’axe de la piste en frô­lant les toits. L’aéroport de Cus­co est en fait com­plè­te­ment encla­vé dans la ville, et les construc­tions s’empilent qua­si­ment jusqu’au seuil de piste : je connaî­trai jamais une approche sur Kai Tak, mais l’arrivée sur Cus­co me paraît un sub­sti­tut accep­table !

Coup d’œil à l’altimètre : 3343 m. Il n’a en fait pas ces­sé de mon­ter pen­dant l’approche, le ter­rain étant plus haut que l’”altitude équi­va­lente” à la pres­su­ri­sa­tion de l’avion ! Au pas­sage, je note qu’il est quand même rela­ti­ve­ment fiable puisque le tar­mac de l’aéroport est à 3310 m et que je n’ai pas reré­glé l’altimètre depuis Paris.

Après une escale tech­nique où quelques pas­sa­gers des­cendent et montent, nous repar­tons pour Are­qui­pa. Je ne com­prends plus rien : il est midi, nous devrions voler plein sud et nous avons le soleil dans le dos ! Il me faut un moment pour réa­li­ser l’évidence : dans l’hémisphère sud, le zénith est au nord…

P1000139

Enfin, après quelques vues qui me donnent une pre­mière idée du spec­ta­cu­laire du pay­sage local, j’arrive au but : Are­qui­pa, ville idéale pour s’acclimater avant d’attaquer les choses sérieuses ― elle est située à 2300 m d’altitude, comme Val Tho­rens.

Taxi vers le centre, le chauf­feur me demande d’où je viens, ce que je fais dans la vie (me deman­dez pas pour­quoi, “per­io­dis­ta” est une des rares pro­fes­sions dont je connais le nom), tout ça. Je vois plein d’affiches pour le 28 juillet, je demande ce que c’est ; il appert que c’est la fête natio­nale locale. Il me demande quand c’est chez nous, je lui dis que c’est le 14 juillet, donc dimanche pro­chain, il dit qu’il doit y avoir quelque chose en juillet et effec­ti­ve­ment, je pense tout de suite aux États-Unis et à la Bel­gique, bref, rien d’intéressant mais putain, je parle espa­gnol ! Bon, fra­ni­ta­gnol plu­tôt, mais quand même !

Arri­vé à la pla­za de Armas, je vise le McDo qui doit ser­vir de repère, ne vois per­sonne, sors le télé­phone pour voir s’il y a moyen de cho­per du Wi-Fi et aller aux nou­velles. J’en suis là de mes réflexions quand Clé­mence, copine qui passe une année sab­ba­tique en Amé­rique du sud et que je pro­fite de mes vacances pour voir, me tombe des­sus : “non mais le Wi-Fi du McDo est pour­ri, du coup j’attendais au Star­bucks en face”. La jonc­tion est faite, on peut pas­ser à la suite : Are­qui­pa, la ville.