Le 15 janvier 2004, George Walker Bush, président des États-Unis, a annoncé son intention de retourner sur la Lune pour y installer, de manière permanente, des hommes en gigantesques boîtes de conserve, avec pour but avoué d’aller poser le pied sur Mars dans les cinquante prochaines années.

Vue la capacité de nuisance inépuisable de l’être humain, je ne suis pas très optimiste sur l’avenir de la planète rouge…

Je suis le président

Du pays le plus grand

De la planète Terre ;

Je suis le roi du monde,

Et si la Terre est ronde,

Elle est mienne et entière.

Je sème mes étrons,

Je pollue à foison

Et mes cons citoyens

Boivent l’essence par gallons

Pour cent mètres en camion,

Pour acheter leur pain.

J’ai des armes nucléaires,

Alors je fais la guerre,

Il faut bien s’amuser.

Je rends leur liberté

Aux peuples opprimés,

Liberté de m’aimer !

Je crée des démocraties,

Les mauvaises langues disent

Que j’sais pas ce que c’est ;

Bien sûr que je connais :

C’est, comme dans mon pays,

Quand c’est moi qui dirige !

Cette planète Terre

Est finie, quant à l’air,

Il est irrespirable ;

J’avoue enfin ma faute,

À moi et tous les autres,

Tous mes frères, mes semblables :

Nous avons pollué

Sans jamais rien compter,

Rasé l’Amazonie,

Enfermé les Indiens,

Mis des colliers aux chiens,

Et même pourri la pluie !

On a fini la Terre,

Il est temps de prendre l’air,

Mon peuple est enthousiaste :

Je lui promets la Lune,

Ça coûtera une fortune,

Et pour demain, c’est Mars !

Pour l’instant, on y a

Quelques tonnes de ferraille,

Mais c’est un peu mesquin ;

On va y habiter,

On va y polluer,

C’est l’avenir de l’humain !

Tout comme un écolier

Ne peut pas s’empêcher

D’pourrir une table neuve,

C’est bien plus fort que moi,

Cette planète-là

Est bien trop propre, trop neuve.

Une terre vierge et pure

Pour y mettre nos ordures,

Avant que la Terre pète ;

Quand on aura pourri

Ce petit paradis,

Il en restera sept !

Je vais faire une poubelle

De taille universelle,

Vendre le droit de décharge

Dans ce vaste décor,

Me faire des couilles en or,

Et vous trouvez ça grave ?

(01/04)