France will miss Chirac…

… C’est ce que nous dit l’In­ter­na­tio­nal Herald Tri­bune dans son article d’hier.

En fait, il ne fait que confir­mer ce qu’on savait déjà  : Chi­rac a été un bon pré­sident pour les affaires étran­gères, même s’il a sérieu­se­ment mer­dé à l’in­té­rieur de son pays.

Ce que nous dit l’ar­ticle, c’est sur­tout que les rem­pla­çants éven­tuels devront faire leurs preuves, c’est le moins que l’on puisse dire. En termes d’in­ter­na­tio­nal, il relève des petites phrases pas­sées inaper­çues chez nous, s’é­tonne de la dif­fé­rence de trai­te­ment entre l’une et l’autre lors­qu’ils ont fait la même bourde sur les sous-marins, et sur­tout relève quelques petits bon­heurs qui montrent les com­pé­tences en anglais de nos pré­si­dents poten­tiels (je demande pas à un pré­sident de la Répu­blique de par­ler anglais, mais qu’il ferme sa gueule et laisse faire son tra­duc­teur s’il n’est pas capable de dire deux mots sans se ridi­cu­li­ser) :

«Invest­ment in research has decrea­sing a lot, and that’s bad.» Indeed, Mrs Royal.

«I run. This mor­ning. In Cen­tral Park. With T‑shirt fire­figh­ters.» Well, run more and speak less, Mr Sar­ko­zy.