Révision de notes sur Allocine

Avant qu’on ne me pose la ques­tion, je pré­fère le signa­ler : cer­taines notes ne sont plus iden­tiques entre les cri­tiques publiées ici et celles publiées par moi-même sur Allo­cine. En cause, comme le dirait cet enfoi­ré de Ghusse qui a pas­sé sa semaine à me convaincre de me lan­cer dans ce chan­tier : “trop de **** tue le ****”.

En plus clair, ça donne : le barème n’était plus adap­té. N’importe quel très bon film se pre­nait ****, les plu­tôt bons ***, les moyens **, les mau­vais * et les archi-nuls O. Le pro­blème, c’est qu’il n’était pas pos­sible de dis­tin­guer la cen­taine de “très bons” de la tren­taine de “géniaux”.

J’ai donc repris l’ensemble des notes (et pas seule­ment celles pour les­quelles j’avais pon­du une cri­tique) pour mieux mettre en avant les films un peu spé­ciaux, et refaire du **** le label de qua­li­té qu’il n’aurait jamais dû ces­ser d’être. Gros­so modo, ça devient donc :

**** : film de très haut niveau, solide à tout point de vue, qui donne beau­coup plus que l’ordinaire

*** : très bon film, qui apporte un spec­tacle de qua­li­té sans pour autant révo­lu­tion­ner l’histoire

** : film moyen, qui rem­plit le contrat mais n’apporte pas plus que ce qu’on lui demande

* : film auquel il manque quelque chose, pas for­cé­ment chiant mais qui ne passe pas très bien

O : film archi-nul qui donne envie de mas­sa­crer l’équipe de pro­duc­tion

Notez que, ici même, le pro­blème ne se pose pas de la même manière : j’ai très rapi­de­ment ajou­té au barème de base la rubrique chefs-d’œuvre, qui désigne pré­ci­sé­ment les films qui font explo­ser l’échelle de mesure (actuel­le­ment, il y en a… 4, pas plus). Les deux barèmes sont donc désor­mais assez dif­fé­rents : un **** d’ici peut se retrou­ver à ***, voire ** sur Allo­cine. Un film moyen à tout point de vue, comme Tu peux comp­ter sur moi (éton­nam­ment, mal­gré son titre plu­tôt nunuche, celui-ci n’est pas fran­çais), est à ** ici et à * là-bas.

Voir aussi :