Je m’excuse

Une vidange par précaution, avant de partir en vacances, ça se passe comme ça : on met un récipient sous le bouchon de vidange, on ouvre celui-ci, on attend que ça ne coule plus, on change le filtre à huile, on referme le bouchon de vidange et on refait le niveau.

Si, à la cinquième étape, le carter se fissure, c’est mal barré pour les vacances. J’espère que vous goûtez l’ironie du résultat de la « précaution ».

L’an passé, c’était un changement de boîte qui avait immobilisé mon véhicule à la veille des vacances, le mécano qui en était chargé s’étant écrasé le bras sous une cabine de poids lourd (il va mieux, rassurez-vous).

Donc, il est temps d’être clair.

Monsieur le marabout qui avez jeté un sort sur mon véhicule, je ne suis pas certain de ce que j’ai fait. Ai-je insulté votre femme ? Blasphémé vos dieux ? Regardé trop bas le dos de votre fille ? Fait peur à votre chat en le chassant de devant chez moi ?

Dans tous les cas, j’en suis désolé. Mon but n’était pas de blesser votre femme/dieu/fille/chat, ni de vous offenser. Je vous présente donc mes excuses, qui seront d’autant plus sincères si vous voulez bien me dire à quoi cet envoûtement est dû.

Je vous laisse, je vais me cogner la tête contre un mur en regardant les horaires de trains.