Charonne, semaine 3

Oups, un peu de retard dans cette chro­nique heb­do­ma­daire. Faut dire que le départ approche, j’ai d’autres choses à pen­ser.

Donc, après avoir fini les cinq pre­mières sai­sons de Scrubs, prê­tées par un ami (mec, faut que je te rende tes DVD, au fait), et l’intégrale des Chro­niques de Nar­nia, j’ai filé au cinoche voir C’est dur d’être aimé par des cons.

Enfin non, ça s’est pas pas­sé comme ça.

La semaine a été rela­ti­ve­ment calme sur le plan pro­fes­sion­nel, à part que j’ai décou­vert à deux reprises qu’une part du métier de jour­na­liste consiste à attendre les fuites pour pou­voir dire ce qu’on sait — en gros, on sait que tel construc­teur pré­pare tel truc, mais on n’a pas le droit d’en par­ler ; puis, un site web publie une pho­to volée, et à par­tir de là on extra­pole génia­le­ment pour comme par hasard tom­ber vrai un peu plus tard quand l’information devient offi­cielle. Ç’a été le cas cette semaine de deux annonces, la plus remar­quable étant sans doute celle du Lei­ca M8.2, dont nous avions les com­mu­ni­qués depuis quelques jours avec inter­dic­tion d’en par­ler avant lun­di, mais qui s’est retrou­vé sur un site polo­nais ven­dre­di ; là, on ne peut pas nous repro­cher de reprendre l’information au condi­tion­nel (avec des “ça paraît plau­sible” adroi­te­ment pla­cés au bon endroit), mais on n’a tou­jours pas le droit d’affirmer quoi que ce soit. Ça doit être ça, le flair du jour­na­liste.

Bou­lot bizarre, vrai­ment.

Mer­cre­di, nor­ma­le­ment, c’était week-end. Mais là, y’avait une grosse annonce chez Canon, avec prise en mains dans la fou­lée — à 7 h 45 à l’autre bout de Paris, à l’habitude du construc­teur. Donc, j’ai pas­sé la mati­née à écou­ter la pré­sen­ta­tion du truc le plus atten­du depuis le Nikon D3 : le Canon 5D Mk II. Le deuxième reflex à vidéo au monde, mais sur­tout le suc­ces­seur d’un appa­reil unique qui, trois ans plus tard, venait bru­ta­le­ment de prendre deux gros coups de vieux avec l’arrivée des D700 et α 900. Après, je vais pas trop ren­trer dans les détails pour savoir si le Mk II est à la hau­teur des espoirs, pour ma part, j’ai des bou­tons qui ont sur­gi quand j’ai vu que le tes­teur de pro­fon­deur de champ était tou­jours aus­si mal fou­tu alors qu’il est cri­ti­qué depuis l’EOS D30 et qu’il y avait tou­jours des bou­tons inac­ces­sibles à droite du prisme. Je vieillis : je suis de moins en moins tolé­rant avec ce genre de truc. En revanche, je suis séduit par les der­niers vidéo­pro­jec­teurs, qui se règlent auto­ma­ti­que­ment (mise au point, pers­pec­tive…) et offrent vrai­ment des images pas mal du tout. Le G10, de son côté, a presque tout pour être la tue­rie qu’aurait dû être le G7. Juste dom­mage que, alors que Pana­so­nic s’est récem­ment rap­pe­lé qu’à f/2 on avait deux fois plus de lumière qu’à f/2,8, il ne renoue pas avec les ouver­tures vues sur les G2 et G3…

Dans la fou­lée, puisqu’on était à côté, on a fait un tour à l’Apple Expo. Bon, j’avais jamais vu une Apple Expo avant, donc j’ai pas de base de mesure fiable, mais ça m’a paru ridi­cu­le­ment petit et ter­ri­ble­ment morne. De fait, l’avis des jour­na­listes croi­sés comme des expo­sants ren­con­trés était à peu près una­nime : ça sent le sapin. D’après cer­tains, ça rap­pe­lait le Salon de la Pho­to de 2005, celui où tout le monde avait pen­sé que le Salon allait cre­ver et qui a pous­sé les orga­ni­sa­teurs à se mettre au bou­lot pour tout repen­ser et faire quelque chose qui marche en 2007.

Et puis, je sais pas, j’arrive pas à pen­ser que c’est bon signe de savoir que le plus gros expo­sant de l’Apple Expo était… Micro­soft, avec le pack Office et la Xbox en guest stars !

Donc, m’étant levé à l’aube, je connais­sais pas le pro­gramme des cinoches, et j’ai consé­quem­ment filé jusqu’à Odéon, me disant qu’avec deux MK2 et deux UGC en cent mètres de rue je trou­ve­rais bien quelque chose de potable. Manque de bol, y’avait rien qui me disait, et j’ai dû me traî­ner jusqu’à la biblio­thèque pour trou­ver un pro­gramme moti­vant : C’est dur d’être aimé par des cons, his­to­ri­que­ment très inté­res­sant quoique ciné­ma­to­gra­phi­que­ment insi­gni­fiant.

Ensuite, comme la semaine était un peu creuse, je me suis déci­dé à regar­der Juno, qui est une bonne petite comé­die amé­ri­caine — par­don, cana­do-hon­groise ???! — assez sym­pa. Bon, elle repose à 20 pour cent sur les dia­logues et à 80 pour cent sur le jeu d’Ellen Page (belle décou­verte, au pas­sage, cha­peau mam’zelle), mais y’a bien pire à regar­der. Et puis, ça rap­pelle vague­ment cer­taines séries sur la jeu­nesse désa­bu­sée de notre triste monde tra­gique (y’a des pas­sages qui m’ont sérieu­se­ment fait pen­ser à Daria, je sais pas vrai­ment pour­quoi), donc ça passe bien.

Hier, pas­sé au bureau pour régler les détails du départ avec Renaud. Lun­di à 6 h 55, on part pour Cologne, où on cou­vri­ra la Pho­to­ki­na. À ce sujet, je suis retom­bé sur ce vieux billet du prin­temps, où je réflé­chis­sais à ce qu’on pou­vait en attendre. Fina­le­ment, on était pas loin :

  • Le D90 est là, dans mon sac, on part avec et on tape­ra son test en ren­trant. Le mini-D3 sur châs­sis de D300 est arri­vé aus­si, mais un peu plus tôt qu’on ne le pen­sait.
  • Le Canon à 4 chiffres est éga­le­ment là, mais Renaud avait rai­son : le 5D Mk II est au ren­dez-vous.
  • L’α 900 n’est abso­lu­ment pas une sur­prise, mais tou­jours pas d’α 500 en vue, comme pré­vu.
  • Chez Olym­pus, c’est tou­jours le grand silence. Soit ils pré­parent quelque chose de gros, soit ils attendent de voir l’accueil réser­vé à…
  • Pana­so­nic, qui a bien vou­lu exau­cer mes rêves : le bridge à objec­tifs inter­chan­geables est là. C’est d’autant plus une bonne sur­prise que le 15 mai, quand j’ai écrit ça, ma seule info pous­sant vague­ment en ce sens était l’affirmation de Luc Saint-Élie selon laquelle il n’avait pas tra­hi la confré­rie jour­na­lis­tique pour rien et avait rejoint un construc­teur qui pré­pa­rait une bombe. Et je savais plus ou moins quel genre d’appareil il espé­rait depuis tou­jours. Pour le reste, c’était du fan­tasme, c’est désor­mais avé­ré, mer­ci mon­sieur Mat­su­shi­ta.
  • Chez Pentax, des rumeurs per­sis­tantes sur Inter­net parlent d’un K-m, qui vien­drait se pla­cer en entrée de gamme sous le K200D, suc­cé­dant à la fois au K110D et aux… ME, MG ou MV (vous voyez d’où vient le ‘m’ ?), repre­nant la tra­di­tion des reflex ultra-com­pacts. Après tout, pour­quoi pas, ça col­le­rait avec nos espoirs d’un sous-K200D. Aucune nou­velle en revanche de Sam­sung, à qui la rumeur prête l’intention de sup­pri­mer à son tour le miroir en créant une nou­velle mon­ture à tirage réduit, mais nul n’est capable de dire si l’électronicien coréen part seul ou pré­voit de se baser d’une manière ou d’une autre sur la K. On ver­ra bien.

Donc, on ren­tre­ra de la Kina ven­dre­di soir, bien cla­qués : le pro­gramme compte un voyage et trois ren­contres lun­di, deux conf et quatre ren­cards mar­di, une conf et quatre ren­cards mer­cre­di, six ren­cards jeu­di, trois ren­cards et un voyage ven­dre­di. Bien enten­du, fau­dra encore trou­ver le temps d’écrire ce qu’on aura vu… et sans doute comp­ter avec quelques ajouts de der­nière minute.

Donc, je sais pas si ce billet réca­pi­tu­la­tif heb­do­ma­daire exis­te­ra la semaine pro­chaine. Peut-être que je ferai une aller­gie et ne sup­por­te­rai plus la vue d’un cla­vier. On ver­ra.

En atten­dant, j’ai encore un sac à faire… et on attend peut-être une annonce d’un construc­teur demain, mais c’est pas sûr.

Voir aussi :