Et ça continue…

Les mar­chés finan­ciers s’ef­fondrent.

On injecte de l’argent ? Ils coulent de plus belle.

On baisse les taux d’in­té­rêts ? Ils com­mencent à creu­ser…

Conclu­sion ? “On” est à côté de la plaque. Les mar­chés ne sont plus connec­tés à l’é­co­no­mie réelle ou, du moins, ne fonc­tionnent plus en fonc­tion de cette connexion. Ils sont dans un monde à part, vir­tuel. Tant qu’on se conten­te­ra de mesures por­tant sur l’é­co­no­mie réelle, les mar­chés n’en auront rien à faire.

Si on veut vrai­ment sta­bi­li­ser les mar­chés, il faut aller sur leur ter­rain. Certes, ce n’est pas un tra­vail d’é­co­no­miste, mais de psy.

Recru­tons des psy­chiatres et des psy­cho­logues, et peut-être quelques psy­cha­na­lystes aus­si, et envoyons-les dans les bourses pour s’oc­cu­per des gens qui y bossent. Et en atten­dant que leur équi­libre psy­chique soit réta­bli — ou, plus pro­ba­ble­ment, qu’ils soient inter­nés à Saint-Anne * –, cou­pons les bourses.

* Notez, je me fais aux expres­sions locales, y’a six mois j’au­rais dit à Mon­té­lé­ger.