Internet réducteur

Entendu au 13 h de France 2, à propos de l’opération offrant un quotidien par semaine (sic…) à deux cent mille jeunes : « s’informer sur Internet, c’est réducteur : quand vous allez sur Internet, vous allez uniquement sur ce qui vous intéresse, alors que dans un journal, vous commencez par ce qui vous intéresse et puis vous lisez le reste. »

Là, je ne vois qu’une explication : le type qui a dit ça n’a jamais foutu les pieds sur Internet. Ou alors, il n’a pas remarqué qu’en cliquant sur certains bouts de texte, on pouvait naviguer d’une page à l’autre — un lien hypertexte, ça s’appelle, si vous voulez faire djeuns dans les conversations au Sénat ou à l’Académie française.

En tout cas, je ne connais pas un internaute qui n’ait jamais fini par consulter un truc qu’il n’avait pas du tout envisagé au départ, simplement après avoir cliqué sur un lien — lire un dossier de PC Inpact sur HADŒPI alors que vous vouliez juste lire des tests des derniers Nokia sur Les Numériques, par exemple. J’ai connu bien plus de gens qui, à la fac ou au lycée (oùsqu’on avait des abonnements au Monde notamment), lisaient les titres, filaient directement à la page sports ou météo et reposaient le journal dans la foulée, sans jamais aller lire d’autres rubriques que celles de leur choix.

Anecdote amusante : il y a quelque temps, quelqu’un parlait sur le forum de « AFKAP ». Tour chez Google, kesaco ? L’acronyme de Artist formerly known as Prince. Ignorant que je suis, ne sachant pas que Prince avait changé de nom, j’ai fait un petit tour sur Wikipédia francophone pour voir ce que c’était que cette histoire.

Ne me demandez pas comment, mais trois heures plus tard, j’étais sur une page de Wikipédia anglophone intitulée List of VTOL aircrafts, après avoir passé un certain temps à étudier la classification des navires de transport lourd (Panamax, Suezmax etc.).

J’ai un très gros doute sur le fait que j’aurais pu suivre le même parcours en feuilletant l’Encyclopædia Universalis, sans même parler du Figaro. Et ça me paraît quand même relativement ouvert pour un médium « réducteur ».