Droit au nom

C’est hautement symbolique, et c’est une vraie bonne nouvelle. Je cite :

les noms des copilotes apparaîtront à nouveau, et cela dès le prochain rallye, en Bulgarie (9-11 juillet), sur la vitre latérale des voitures du WRC, en plus du nom du pilote.

Il y a quelque temps, je me réjouissais prudemment de l’élection de Jean Todt à la présidence de la Fédération internationale de l’automobile. Je ne puis qu’imaginer qu’il s’agit là d’une mesure qui porte sa marque : le nom des copilotes avait été supprimé par Max Mosley, homme de circuits qui n’a jamais rien pigé au rallye (jusqu’à vouloir faire cette connerie de parc unique et ces parcours en trèfle ridicules).

Le fait de les voir revenir est, je l’espère, un premier signe qu’un type qui aime le rallye est arrivé. Jean Todt, rappelons-le encore une fois, est très bien placé pour connaître l’importance du copilote dans une épreuve routière : ancien « navigateur » de talent, il était réputé pour la précision de ses notes, sa connaissance des règlements et ses capacités de calcul mental, parfois utiles pour dicter le rythme et placer son pilote au bon endroit au bon moment. Il mena ainsi sa Talbot (pilotée par Guy Fréquelin) à la seconde place du championnat du Monde 1981.

Donc, retour du duo copilote-pilote sur les vitres, c’est fait. Maintenant, suppression du parcours en trèfle, libéralisation des formats d’épreuves, ouverture des rallyes de championnat du Monde aux amateurs avec des droits raisonnables et des voitures de série « arceautées » y compris caduques, fusion avec l’IRC, réintégration du Monte-Carlo et du Safari, et ce sera bon.

  • Patale

    Oserais-je dire que le copilote est au rallye ce que le chef d’orchestre est au concert : un bon musicien jouera toujours mieux s’il est bien dirigé ! et les mélomanes aiment savoir le nom des interprètes, ET du chef d’orchestre.