La pub vous prend pour des cons

Déso­lé, j’ai pas rete­nu pour quoi c’était et, consé­quem­ment, je peux pas la retrou­ver pour par­ta­ger ce mor­ceau d’insondable conne­rie qui me les brise depuis un moment à chaque fois que je vais inno­cem­ment voir un film.

C’est l’histoire d’un geek qui reçoit une voi­sine et lui explique qu’il a un ordi que c’est trop de la balle, et qu’elle fait évi­dem­ment griller dans la minute, oh que c’est drôle, je suis mort de rire. (Mise en scène et direc­tion d’acteurs splen­dides, même la pre­mière fois c’est déjà chiant.)

Ce qui me met les nerfs, c’est l’argument ultime sor­ti par le geek : “il est plus puis­sant que les ordis de la navette spa­tiale, t’imagines ?”

Pour­quoi ça m’énerve ? Parce que des trucs plus puis­sants que les ordis de la navette spa­tiale, de nos jours, on appelle ça des cal­cu­la­trices. Ça, c’est plus puis­sant qu’un ordi d’une navette spa­tiale. Ça aus­si. Et ça aus­si, d’ailleurs, pro­ba­ble­ment. Rap­pe­lons que la navette spa­tiale amé­ri­caine, la seule jamais entrée en ser­vice, a été conçue dans les années 70 (pre­mier vol d’Entreprise en 77, pre­mier vol spa­tial de Colum­bia en 81). La der­nière construite fut Endea­vour en 1987.

La Nasa a beau avoir uti­li­sé les pro­ces­seurs les plus puis­sants de l’époque, et cer­taines machines ont beau avoir été mises à jour, les ordis de la navette spa­tiale sont lar­ge­ment dépas­sés selon les stan­dards actuels. Et il n’y a aucune rai­son d’en chan­ger, au fond : le pro­gramme a été créé pour tel sys­tème sur tel maté­riel, et le mettre à jour risque d’introduire des bugs, sur­tout que les nou­veaux pro­ces­seurs n’ont pas for­cé­ment les mêmes carac­té­ris­tiques de résis­tance aux chocs ou aux radia­tions (y’a la iono­sphère à tra­ver­ser) et qu’il n’est du coup pas for­cé­ment bien­ve­nu de refaire des bat­te­ries de tests sur de nou­veaux équi­pe­ments plu­tôt que d’utiliser des solu­tions éprou­vées.

Or, ça, tous les geeks le savent, parce que la Nasa a ache­té des lots de 8086 en 2002 sur eBay pour main­te­nir son stock de réserve pour le sys­tème de contrôle des boos­ters des navettes. Et que l’info a fait le tour du monde.

Com­pre­nons-nous bien : je ne dis pas qu’il n’y a pas d’ordinateurs puis­sants à bord de la navette. Cer­tains équi­pe­ments ont été créés récem­ment, d’autres ont été mis à jour, et quelques ordi­na­teurs por­tables font par­tie de l’équipement stan­dard de l’équipage.

Mais c’est un argu­ment qu’aucun geek ne sor­ti­rait jamais, parce que l’expression “ordi­na­teur de la navette spa­tiale” le fait immé­dia­te­ment pen­ser à cette his­toire et parce qu’il sait for­cé­ment que les ordi­na­teurs cen­traux de la navette n’ont pas à être puis­sants, mais à être fiables, et qu’en consé­quence il y traîne des vieille­ries dont même Intel a oublié l’existence.

N’oublions que tout ce qui touche au vol spa­tial est un élé­ment cen­tral de la culture geek. Navette spa­tiale ou étoile de la mort, tout pareil. ^^