Le dialogue de la veille

Dia­logue hier, avec une consœur que je ren­con­trais pour la pre­mière fois et à qui, après avoir évo­qué cinoche, œuvres de Robert Hein­lein, vir­tua­li­sa­tion sous Linux, séries télé, inter­faces gra­phiques et alcools divers, je par­lais d’un mémo­rable voyage :

— J’avais bien aimé le voyage en héli­co…

— Ah ? Quel héli­co ?

(hési­tant : ) Ben… Un Écu­reuil.

— Évi­dem­ment, mais quelle ver­sion ?

(scot­ché : ) Euh… Un B3.

— Ah pas mal. Toi aus­si tu recon­nais les ombres au sol quand ils te sur­volent ?

Déci­dé­ment, tout le monde est taré dans ce métier. Oo

C’était la pen­sée du jour. Madame, je vois que t’en as fait bon usage, mais il fau­drait pen­ser à me rendre mon cer­veau, main­te­nant.