La pensée du jour

C’est un petit paradoxe.

Nous n’avons jamais vécu aussi longtemps. Chaque année, en France, moins d’une personne sur cent décède, alors même qu’un taux de mortalité inférieur à 2 % par an est un phénomène extrêmement récent à l’échelle de l’humanité — quelques siècles, tout au plus. Corollaire : un Français né aujourd’hui a une espérance de vie de presque 81 ans, alors que dépasser cinquante ans vous faisait traiter de vieux il y a encore deux siècles.

Pourtant, j’ai l’impression que nous n’avons jamais eu aussi peur de la mort. Il y a cent ans, il fallait pour faire paniquer un continent une épidémie de grippe causant plusieurs millions de morts ; aujourd’hui, il suffit d’une trentaine de victimes d’intoxication alimentaire, et une centaine de grippés font regarder tous les oiseaux commensaux comme dans un film hitchcockien.

Je crois que ça a un nom : la paranoïa.

C’était la pensée du jour. En même temps, dans un monde fonctionnant sur la peur, c’est un peu normal.