Flock = DR ???!

Aujourd’hui, je fais ma visite hebdomadaire chez mes confrères de Clubic, dont je ne lis en fait souvent qu’une seule publication : les dessins de Flock (désolé les gars, niveau photo vous publiez pas grand-chose et niveau actus variées, y’en a tellement partout que je pense pas toujours à vous).

Ce matin, cependant, mon œil est attiré par une petite mention : « Crédit : DR ».

flock-dr

Ah.

Rappel : DR (« droits réservés » ou « document de la rédaction », selon les interprétations) est une mention permettant de signaler qu’on n’a pas pu retrouver l’auteur d’un document, mais que l’importance de celui-ci justifie qu’on publie néanmoins — étant sous-entendu qu’on est évidemment prêt à indemniser les ayants droit avec arriérés s’ils se manifestent.

Deuxième rappel en passant : l’utilisation du « DR » est donc totalement illégale, seule une autorisation préalable des ayants droit permettant en principe de reproduire une « œuvre de l’esprit » et le nom de l’auteur étant éternellement associé à cette œuvre. Une photo ou une illustration publiée légalement a donc forcément « Jean Dupont » ou « Schmurz296 » comme crédit, jamais « DR ».

Le « DR » est pourtant parfois inévitable, lorsque l’auteur d’une photo n’est pas identifiable. On tombe sur un vieux néga dans un stock d’images, sans signature, sans mention d’auteur, sans rien pour le rattacher à une série identifiée ; ou, éventuellement, on sait qu’un appareil photo a traîné de mains en mains et on ne sait plus qui a fait la photo qu’on publie (cas de l’avant-dernière de cette page par exemple). DR, ça veut dire « j’ai cherché l’auteur, mais j’ai pas pu l’identifier / le joindre avant de publier ».

La fainéantise étant le penchant naturel de l’homme, et le journaliste étant un homme comme les autres (enfin, peut-être un peu moins fréquentable), la recherche de l’auteur se réduit souvent à « tiens, y’a rien marqué sur l’image elle-même ».  C’est immoral, mais on s’habitue à la longue à voir des « DR » partout, y compris parfois sur des photos très célèbres (j’ai vu le peintre de la tour Eiffel de Riboud « DR-isé » dans une publication annonçant une expo…).

Mais là, je crois que Clubic bat une forme de record : la mention « DR » est ici appliquée à un auteur qu’ils connaissent, je pense, puisqu’il fait pour eux une demi-dizaine de dessins par semaine. Il est d’ailleurs parfaitement identifié, puisque sur la capture en haut, vous noterez sa signature (« Flock-11 ») juste au dessus du « Crédit : DR ».

Quand je pense que je m’étais senti mal parce qu’une collègue avait non-crédité une photo de David Michaud, faute d’avoir trouvé une signature juste à côté… Là, on passe à l’échelon supérieur : c’est carrément une œuvre signée qui est DR-isée.