House of the rising Son

C’est pas sou­vent que je parle musique ici bas, mais même après une semaine, j’arrive pas à m’en las­ser.

À mon humble avis, cette reprise rocailleuse de House of the rising Sun ridi­cu­lise à l’aise tout ce que John­ny a fait sur le sujet (et pour­tant, c’est un des rares trucs où j’estime que John­ny a fait plu­tôt mieux que ses pré­dé­ces­seurs, la ver­sion de The Ani­mals qui a fait connaître la chan­son man­quant un peu de per­son­na­li­té et celle de Dylan, et bien… c’est chan­té par Dylan).

Les maniaques remar­que­ront aus­si les nom­breuses retouches de paroles : on ne parle plus ici de mal­heu­reuse amou­reuse ayant sui­vi un poi­vrot jusqu’à la Nou­velle-Orléans, mais de mal­heu­reuse amou­reuse ayant sui­vi un biker jusqu’à Char­ming Town.

Logique : c’est sur ce mor­ceau que se clôt la qua­trième sai­son de Sons of Anar­chy, série télé immo­rale et vio­lente qui est un peu une ver­sion sérieuse et trash de Lit­teul Kevin, et dont je suis un peu tota­le­ment fan notam­ment depuis son extra­or­di­naire virée irlan­daise de l’an pas­sé. Et même si c’est un mâle qui chante, c’est clai­re­ment Tara, femme de Jax (et, à ce titre, marion­net­tiste com­man­dant le per­son­nage prin­ci­pal), qui aurait com­po­sé cette ver­sion.

Bref, un bel exemple de reprise intel­li­gente de chan­son pour une série télé, là où trop sou­vent on se contente de pla­quer n’importe quel mor­ceau pour rem­plir le géné­rique.