L’as des as

Entendu au journal télévisé :

Je rappelle que deux de nos soldats qui étaient, comment dire, musulmans en tout cas d’apparence puisque l’un était catholique, mais d’apparence, comme l’on dit, la diversité visible…

Il y a plein de façons de réagir. Peut-être rappeler que moi, à ce moment-là, je suis chrétien d’apparence. Ou que ce qui était scandaleux dans la bouche des opposants à Obama devient la parole officielle d’un président de la République française. Ou encore, se draper dans un « sans commentaire » effectivement suffisant.

Pour ma part, je repense juste à ce dialogue célèbre, qui commence par une remarque du même acabit :

— Juif, vous avez l’air !

— Faut mettre l’adjectif à la fin, pas au début.

— Was ?

— On dit pas « juif vous avez l’air » mais « vous avez l’air juif ». Si je vous dis « con vous avez l’air », c’est pas français. C’est juste, mais c’est pas français.