Tout non-élu devra partir…

Dans la vie, il faut être cohérent. Par exemple, si je pourris une bande de crétins de droite pour s’être torchés avec la séparation des pouvoirs, et bien, une bande de crétins de gauche qui fait la même chose doit avoir droit au même traitement.

Peut-être juste un poil plus agressif, parce qu’on est plus facilement déçu par ses proches que par ses adversaires.

Donc, voilà :

Tout ministre qui se présente aux élections législatives et qui ne sera pas élu ne pourra pas rester au gouvernement.

C’est l’horreur que Jean-Marc Ayrault, premier ministre, a sortie hier sur France 2.

Or :

Il n’est pas bon que celui qui fait les lois les exécute.

C’est ce qu’écrivait Rousseau, il y a déjà quelques siècles.

La réaction correcte, c’est que tout ministre qui se présente aux législatives et est élu devrait sauter. L’habitude qu’on a prise de voir les lois présentées par les ministres est déjà gênante, mais exiger ainsi qu’une même personne soit ancrée à la fois dans le législatif et dans l’exécutif est une monstruosité sans borne, pour quiconque veut des institutions exemplaires en tout cas.

Accessoirement, on nous parle avec obstination de non-cumul des mandats, et dit ici que ceux qui tenteront de cumuler et ne réussiront pas seront virés. Non mais franchement, c’est quoi ces conneries ? C’est pas plutôt ceux qui tenteront de cumuler qu’il faut éjecter, qu’ils réussissent ou pas ?

Pour ma part, c’est assez simple :

Principe numéro 1 : on ne peut, en aucun cas, exercer simultanément une charge législative (député, sénateur ou conseiller constitutionnel¹) et une charge exécutive (président, ministre ou secrétaire d’État, conseiller municipal, général ou régional etc.).

Principe numéro 2 : quand on a un emploi à plein temps au service de l’État (dans le privé, c’est à l’employeur de voir ce qu’il veut accepter ou non de ses employés), on n’en prend pas un deuxième. Ministre, c’est un emploi à plein temps, et nous payons des salaires à nos ministres pour qu’il soient à plein temps concentrés sur leur tâche de ministre. Même chose pour un député, un maire de grosse commune, etc. Lorsque quelqu’un prend ce poste mais n’est finalement ministre qu’à temps partiel parce qu’il conserve d’autres activités, il n’assume pas la responsabilité que nous lui avons confiée et, conséquemment, doit dégager.

¹ Le Conseil constitutionnel est, en principe, garant des institutions et au dessus des pouvoirs, comme la Constitution est supérieure aux lois. Cependant, sa tâche première est de vérifier la conformité des lois à la Constitution, ce qui le range pour moi dans la branche législative. Ça reste évidemment discutable.

  • Papy râleur

    Protégez moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge !!! ( Mesrine dans l’instinct de mort )
    Même une charge de conseiller municipal dans un bled de 50 habitants est un boulot à plein temps, ou presque. Subséquemment solliciter une autre charge serait un abus de confiance puisque l’impossibilité d’exercer un des mandats serait réelle ! Être élu n’est pas prendre un pouvoir mais accepter des devoirs !
    Et ce n’est qu’une des raisons qui me font voter blanc quand je n’ai le choix qu’entre Sarko la peste et Flamby le mou !

  • Papy râleur

    Et puis ça, l’article 23 de la constitution de 1958, qui dit bien ce qu’il veut dire !

    Art. 23. –
    Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat parlementaire, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle.
    Une loi organique fixe les conditions dans lesquelles il est pourvu au remplacement des titulaires de tels mandats, fonctions ou emplois.
    Le remplacement des membres du Parlement a lieu conformément aux dispositions de l’article 25.

    Et pourtant le cumul des mandats existe depuis fort longtemps !!!