Gratte, gratte

Same­di, à la Fer­té-Alais, il se pas­sait ça :

Faux cœur ?

Du coup, j’y ai pas­sé l’après-midi la tête en l’air.

J’en suis reve­nu avec une bonne cour­ba­ture des épaules (deux kilos d’appareil à tenir à bout de bras, ça tire un peu), nor­mal.

Plus sur­pre­nant : j’en suis aus­si reve­nu avec un énorme coup de soleil… sur le crâne, par­tout, entre les che­veux.

Comme tout coup de soleil, après deux jours de brû­lure, ça se met à grat­ter jusqu’à ce qu’on ait fini de peler.

Le pro­blème, c’est qu’au milieu des che­veux, on ne pèle pas aus­si bien que sur une épaule, peut-être parce que le coup de soleil est moins homo­gène. Du coup, ça dure plu­sieurs jours.

Peut-être le truc le plus désa­gréable de la semaine — mais j’attends de voir ce qu’il y aura au ciné pour être tota­le­ment affir­ma­tif.

En tout cas, la pro­chaine fois, les che­veux aus­si, je les tar­tine de crème solaire. Tant pis pour le look.