Useless

Putain de Dieu, j’en peux plus.

C’est quoi, cette mode à la con qui inonde les milieux bobos-chics-créa, depuis quelques mois, de dire « useless » à tout bout de champ ?

Non mais sérieux, ça vous écorcherait la gueule de dire « inutile » ?

Je veux dire, bon, je comprends qu’on utilise des anglicismes quand on n’a pas de mot qui recouvre le même sens en français, comme quand la distribution française de A history of violence a expliqué qu’à la traduction, on perdrait forcément l’astuce du titre (qui peut parler à la fois du passé violent du héros ou de la violence du scénario). Ça m’arrive même parfois (j’ai tendance à dire « accurate » quand j’arrive pas à choisir entre « précis », « fidèle » et « exact », mes excuses).

Je peux comprendre, même si je désapprouve formellement, quand le mot français est infiniment plus compliqué que le terme anglais.

Mais là, franchement…

Useless. /jʊ.zɜ.lɛs/

Inutile. /i.ny.t̪il/

Trois syllabes dans chaque cas. Mais quatre consonnes (dont une spirante) et trois voyelles différentes en anglais, trois consonnes et deux voyelles en français (et toutes les voyelles sont des antérieures fermées, pas besoin de balader la langue pour y arriver). Et je ne vois pas une phrase où « useless » serait traduit par autre chose que « inutile ».

Alors, tous les crétins qui sortent du « useless » à toutes les phrases, répétez après moi : « dire ‘useless’ est inutile ». Ou alors, préparez-vous à prendre des baffes — ça sera pas inutile : ça me détendra.