Apprivoiser un Mac : le clavier

Dans mon nou­veau bou­lot, on uti­lise par­fois des logi­ciels comme Ligh­troom et InDe­si­gn. Du coup, on m’a dès le départ fait com­prendre que j’avais le choix : Mac OS X ou Win­dows.

Comme 80 % des pho­to­graphes et des jour­na­listes, mes col­lègues s’équipent chez Apple. Donc, j’ai fait comme eux, avec l’idée qu’en cas de sou­cis, j’aurais des gens à embê­ter plu­tôt que d’essayer de trou­ver une solu­tion moi-même.

Cela fait donc un mois et demi que je suis sous Mac OS X (Moun­tain Lion plus pré­ci­sé­ment) au bureau, et je suis bien enten­du tou­jours sous Mint Cin­na­mon chez moi. J’ai donc sou­hai­té faire un billet sur mes remarques concer­nant l’iMac 21,5 pouces et Mac OS X Moun­tain Lion. Et puis voi­là, comme d’habitude, je me suis lais­sé aller, ça deve­nait très long au fil des digres­sions, et bon, ben j’ai fini par déci­der de cou­per l’interminable bla­bla en petits mor­ceaux.

Voi­ci donc la pre­mière par­tie : le cla­vier.

La pre­mière chose qui­conque venant d’un PC remarque en pas­sant sur un Mac, c’est que quelques touches ne sont pas au même endroit. Par exemple, le point d’exclamation n’est pas là, en bas à droite, mais ici, en haut au milieu, à la place du sou­li­gne­ment — qui pour sa part a volé la place de la touche =, avec son pote le trait d’union.

C’est pas for­cé­ment très grave : les lettres sont toutes à la même place, les prin­ci­paux accents aus­si (les aigus et graves font excep­tion, mais la plu­part du temps on les uti­lise pas en tant que tels en fran­çais). Ce sont sur­tout les trois touches ci-des­sus qui me frappent, vu qu’elles sont assez pré­sentes dans les textes pour que je les tape sans jamais regar­der le cla­vier.

Acces­soi­re­ment, en fait, le cla­vier Mac est plu­tôt mieux fou­tu : paren­thèses, cro­chets et acco­lades sont sur les mêmes touches, tous les traits (union, sou­li­gne­ment, tiret cadra­tin) sont ensemble…

Curieu­se­ment ou pas, j’ai été plus per­tur­bé par les dif­fé­rences d’ordre des touches Ctrl, Alt et Cmd, au lieu de Ctrl, Super¹ et Alt. J’ai énor­mé­ment pris l’habitude de taper les rac­cour­cis cla­vier sans regar­der, et du coup, devoir taper Cmd à la place de Ctrl m’a fait foi­rer plu­sieurs com­mandes, jusqu’à ce que je prenne le tau­reau par les cornes et que j’inverse les touches Ctrl et Alt de mes PC — ain­si, sur toutes mes machines, l’essentiel des rac­cour­cis cla­vier se fait avec “la touche à gauche d’Espace”. Non seule­ment je m’y suis fait, mais je trouve même ça plus pra­tique que “la touche la plus loin de toutes les autres”, vu que j’ai sou­vent ten­dance à taper les rac­cour­cis d’une seule main.

J’ai aus­si re-map­pé le rac­cour­ci “accueil” de Fire­fox à Ctrl+Home sous Mint (Super+Home ne passe pas), et à Cmd+Home sous OS X : ce rac­cour­ci aus­si fait par­tie de ceux que je tape sans bais­ser les yeux de l’écran.

Cepen­dant, il reste quelques cas qui uti­lisent Ctrl (et non Cmd) sous OS X et qui m’imposent une gym­nas­tique par­ti­cu­lière, en par­ti­cu­lier le ter­mi­nal.

En fait, j’admets un truc : sur ce coup, c’est Apple qui a rai­son. Ctrl était faite pour insé­rer des carac­tères de contrôle : retour cha­riot, tabu­la­tion, saut de lignes, effa­ce­ment, annu­la­tion, échap­pe­ment… Alt ser­vait à insé­rer un carac­tère alter­na­tif. Pour ajou­ter des rac­cour­cis cla­vier pour les com­mandes d’applications, Apple a donc logi­que­ment ajou­té une touche dédiée : Cmd (à l’époque ⌘)².

Les cla­viers PC n’ayant pas ces touches, Micro­soft a fait le choix de recy­cler Ctrl, par­tant du prin­cipe qu’à par­tir du moment où on était sous Win­dows, on n’allait pas essayer de ren­trer des carac­tères de contrôle à la main. C’était rela­ti­ve­ment vrai : sous Win­dows, on n’utilise jamais la ligne de com­mande, trop pour­rie pour ser­vir.

Le drame, c’est que les Linuxiens ont gar­dé cette habi­tude, quittes à poser cer­tains pro­blèmes avec les ter­mi­naux : par exemple, pour inter­rompre un Ping (pre­mier réflexe quand le Net ne marche pas), c’est Ctrl+C, qui est uti­li­sé dans les appli­ca­tions gra­phiques pour copier la sélec­tion, et il a fal­lu trou­ver une autre com­bi­nai­son pour copier un texte dans un ter­mi­nal³. Sur un Mac, c’est plus logique : Cmd+C veut dire copier, Ctrl+C veut dire inter­rompre, et le ter­mi­nal reste cohé­rent avec le reste du monde.

Du coup, quand je déplace les rac­cour­cis des appli­ca­tions à Alt sur mon PC, je me retrouve à devoir taper Alt+C pour inter­rompre le Ping, au lieu de Ctrl+C sur le Mac. En fait, il serait bon que les Linux soient capables de dis­tin­guer les com­mandes des contrôles — ce qui per­met­trait d’attribuer les rac­cour­cis cla­viers d’applications à la touche qu’on veut, Ctrl si on vient d’un Win­dows, Cmd si on vient d’un Mac, tout en lais­sant tou­jours les carac­tères de contrôle sur Ctrl.

Enfin, il y a un truc que je trouve épou­van­ta­ble­ment aga­çant sur le cla­vier des Mac : à part l’euro, les carac­tères obte­nus avec la touche Alt ne sont pas indi­qués sur le cla­vier. Si on s’habitue vite à cer­tains (acco­lades et cro­chets, tirets, æ, œ…), rete­nir les carac­tères plus rares est plus déli­cat. Quand vous uti­li­sez un ter­mi­nal, vous tapez sou­vent un |, par exemple, mais il n’est pas indi­qué sur le cla­vier et jusqu’à ce que vous le rete­niez, vous devrez pas­ser par l’afficheur de cla­vier pour le cher­cher.

On me dira sans doute qu’avoir quatre carac­tères sur chaque touche ne serait guère joli ; mais à ce moment-là, autant virer toutes les lettres, ça sera encore plus propre…

La suite un autre jour.

¹ Nom de la touche Win­dows sous Cin­na­mon.

² D’ailleurs, le MIT avait fait pareil avec la touche Meta.

³ Géné­ra­le­ment Maj+Insert ou Ctrl+Maj+C, selon les ter­mi­naux.

Tags:,