Apprivoiser un Mac : lancer des applications

Dans mon nouveau boulot, on m’a vite fait comprendre que j’avais le choix : Mac OS X ou Windows. Cela fait donc deux mois que je suis sous Mountain Lion au bureau, et je suis bien entendu toujours sous Mint Cinnamon chez moi (je viens même de passer à Nadia en changeant d’ordinateur). Après avoir traité le clavier, la souris, et le placement des fenêtres, continuons dans l’interface logicielle avec l’art de lancer une application.

Mac OS X a adopté une grosse nouveauté par rapport à Mac OS 9 : le dock. Cette zone, par défaut en bas de l’écran, regroupe les applications en cours, les lanceurs vers les plus utilisées et des raccourcis divers (corbeille, certains dossiers…). Il fait donc à la fois lanceur et gestionnaire de fenêtres. Ça n’avait rien de neuf : le concept date des années 80 et Mac OS X l’avait chouravé à un projet de Steve Jobs dans son ère non-Apple, NeXTSTEP (perso, j’ai pas mal utilisé ce truc dans mon époque Window Maker, avant que Gnome et KDE deviennent mes bureaux habituels, et je continue à intégrer un dock à ma barre des tâches sous Cinnamon).

Le truc, c’est que contrairement à la barre de Windows 7, le dock de Mac OS X n’intègre pas de système de lancement des applications plus rarement utilisées. Et on ne trouvera pas plus un « menu démarrer » en cliquant sur le bureau comme sous Window Maker.

Les logiciels s’installent en fait généralement dans un dossier spécial, baptisé « Applications ». Celui-ci a la particularité d’être un immense fourre-tout, vaguement organisé par ordre alphabétique mais même pas forcément. Pour avoir un peu observé mes collègues, je constate que lancer le gestionnaire de fichiers (« Finder » sous OS X) et fouiller dans le dossier Applications est le réflexe de base d’un maqueux qui cherche un programme.

C’est, je pense, une absolue catastrophe. Même le Program Manager de Windows 3 savait organiser les logiciels en groupes thématiques. Devoir farfouiller dans un dossier unique est une aberration ergonomique qui n’a rien à foutre sur des machines où peuvent être installées plusieurs dizaines d’applications — ce qui n’a rien de rare sur des PC en 2013.

Sous Mountain Lion, Apple a enfin fait un timide pas vers un lanceur plus efficace : la touche F4 permet d’afficher un écran de lancement à la iOS / Android. C’est toujours en vrac, mais en tapant quelques lettres, seules les applications dont le nom correspond sont proposées : si vous savez ce que vous cherchez, ça fait gagner beaucoup de temps.

Ghusse, qui mange des pommes depuis les années 90, m’a orienté vers Alfred, un programme un peu plus évolué qui fait à la fois lanceur d’applications, outil de recherche, gestionnaire de presse-papiers etc. C’est bien, mais ça ne permet encore pas de voir quelles applications sont installées dans une catégorie particulière — pour répondre par exemple à « quels sont les navigateurs web disponibles ? ».

Vous aurez remarqué qu’après BetterTouchTool, ça fait deux fois qu’on installe des programmes pour pallier des manques de base de l’interface de Mac OS X. Vous me direz, je fais pareil quand j’installe Windows list with App grouping sous Cinnamon ; mais il y a une différence fondamentale, c’est que sous Cinnamon, je l’ai trouvée en organisant les applets, par le lien « Obtenir de nouvelles applets ». Je n’ai pas dû fouiller le web au petit bonheur la chance ou miser sur le bouche-à-oreille des mes camarades pratiquant le X depuis plus longtemps que moi¹.

Ce ne sont pourtant pas les bonnes idées pour lancer des applications qui manquent : les menus évolués sont légion (SuSE en avait développé un sympa pour KDE, ceux de XP puis 7 ont apporté des nouveautés intéressantes, celui de Cinnamon est plus basique mais propose de rechercher un nom), les panneaux de lancement aussi (Unity par exemple), et je ne comprends pas qu’une interface aussi installée que celle de Mac OS X ne propose rien de plus évolué qu’un dossier-souk où vous pourrez tout trouver, à condition de vous perdre assez longtemps.

¹ Désolé, fallait bien que je la fasse à un moment où à un autre. ^^