Apprivoiser un Mac : Finder, aperçu et bug de m…

Dans mon nouveau boulot, on m’a vite fait comprendre que j’avais le choix : Mac OS X ou Windows. Cela fait donc deux mois et demi que je suis sous Mountain Lion au bureau, et je suis bien entendu toujours sous Mint Cinnamon chez moi. Après avoir traité le clavier, la souris, le placement des fenêtres, le lancement d’applications et le copier-coller, voyons ce qu’il se passe lorsqu’on tape la barre Espace.

« Finder », c’est le nom du gestionnaire de fichiers de Mac OS X. En fait, comme sous beaucoup d’interfaces, il gère plein de choses, notamment l’affichage du bureau ; c’est d’ailleurs la seule application qu’on ne peut pas quitter, et c’est celle qui est active quand on arrive sur un bureau vide.

Du coup, au passage, il suffit alors d’un Cmd-N pour ouvrir une fenêtre de gestionnaire de fichiers : c’est bien pratique.

Finder a un truc que j’adore, c’est l’affichage de l’arborescence en colonnes. Ça permet tout à la fois d’avoir une vue d’ensemble de son disque, de naviguer rapidement vers où on veut et de voir tous les fichiers d’un dossier donné. Je pense qu’Apple a déposé un brevet là-dessus, sinon je ne comprends pas que Nautilus (son équivalent Gnome/Cinnamon) ne l’ai pas adopté aussi.

Il a un autre truc bien pratique, c’est l’aperçu rapide. Sélectionnez un fichier, tapez Espace, et une fenêtre d’aperçu s’ouvre. Vous pouvez en plus passer d’un fichier à l’autre avec les flèches et, éventuellement, passer d’une page à l’autre du document affiché avec le défilement de la souris.

Cet aperçu a en revanche un truc discutable : quand on change de bureau, il suit. Lorsqu’une fenêtre d’aperçu est affichée, elle est toujours visible sur tous les bureaux. Pis : si l’on sélectionne alors une autre fenêtre de Finder, la fenêtre d’aperçu passe immédiatement au fichier actif dans cette fenêtre. Pour moi, qui utilise tout le temps plusieurs fenêtres et jongle avec différents fichiers, il serait bien plus judicieux que chaque fenêtre de Finder ait son propre aperçu.

Il a aussi un bug incompréhensible, dont je ne connais pas l’origine et dont je n’ai encore jamais réussi à prévoir ni à prévenir l’apparition : de temps en temps, lorsque je ferme une fenêtre d’aperçu, le passage d’un bureau à l’autre par la souris est désactivé. Et alors, si je change de bureau au clavier (Ctrl-← ou Ctrl-→), la fenêtre d’aperçu s ré-affiche… et si je la ferme, OS X me ramène immédiatement au bureau où j’étais lorsque j’ai affiché l’aperçu ! Je n’ai plus alors qu’à fermer des fenêtres de Finder, ou à afficher et fermer l’aperçu jusqu’à ce que le bug disparaisse — et là encore, je n’ai pas trouvé de manipulation garantissant cette disparition.

J’ai également eu un bug où une moitié de fenêtre Finder était inaccessible, empêchant de remonter l’arborescence des dossiers, mais celui-ci semble avoir disparu avec la version 10.8.3 d’OS X.

Finder a, enfin, un truc absolument incompréhensible et insupportable : la touche Suppr ne fait rien. Autrement dit, pour supprimer un fichier, on est obligé de faire clic droit-supprimer ou de le faire glisser dans la corbeille. Pourquoi ? Qu’est-ce que ça retirerait de faire en sorte que ça marche comme sur tous les gestionnaires de fichiers de Windows, GNU/Linux, Solaris et BSD que j’ai pu essayer ? C’est le genre de limitation incompréhensible super agaçantes et typiques d’Apple — Steve a dû décider un jour que la corbeille était la bonne façon de supprimer un fichier, et depuis il est interdit d’utiliser pour ce faire une touche sur laquelle il y a pourtant marqué « supprimer ».