Orientation sexuelle

En jetant un œil distrait à Analytics, j’ai découvert qu’un internaute (un Lyonnais sous Mac, probablement 27″ vue la définition) était arrivé ici en tapant dans Google :

« franck mee » est il homo

La réponse à la question paraît assez limpide pour qui lit ce blog, notamment les bilans annuels récents, ou certaines pages ci-dessus (cette vieillerie, ce truc à peine moins vieux, cette antiquité, ce machin plus moderne, ce brouillon raté récent ou encore cette étonnante réussite d’hier).

En résumant : je n’ai jamais été intéressé par un mâle, alors que (presque) toutes les femmes sont belles.

En revanche, j’avoue être assez curieux des motivations de la personne qui a tapé cette requête dans Google. S’agit-il d’un lecteur vindicatif qui souhaitait pouvoir me faire subir un « outing » public, comme celui qui, il y a quelques années, m’avait traité de gauchiste sur le forum des Numériques ? D’un attaché de presse soucieux de me présenter l’amour de ma vie ? D’un lecteur fou de mes écrits qui souhaitait savoir si une ouverture était possible ?

Je ne peux hélas m’empêcher, étant donné le climat actuel, de pencher pour la première hypothèse. Je précise donc que je ne tire aucune fierté d’être hétéro et que je pense qu’il n’y a ni fierté ni honte à avoir de ce qui, fondamentalement, n’est qu’un goût — je n’ai jamais entendu quelqu’un se gargariser d’aimer les salsifis ou jeter l’opprobre sur les amateurs de laitue.

Penser que la qualité d’un être est déterminée par qui il aime est d’une connerie sans nom, qu’on soit un homophobe anonyme ou un président du conseil italien, et que quelqu’un fasse une recherche internet pour connaître l’orientation sexuelle de telle ou telle personne me paraît tout de même vaguement inquiétant — pas seulement parce que c’est moi qui suis visé.