La pensée du jour

Après deux ans de tue­ries “tra­di­tion­nelles”, l’armée syrienne a géné­reu­se­ment fran­chi la “ligne rouge” en uti­li­sant un neu­ro­toxique sur plus de 3000 per­sonnes. Bachar el-Assad explique l’attente :

Je vou­lais pas qu’en cas de pro­cès, Jacques Ver­gès ait encore une occa­sion se faire mous­ser. Main­te­nant, je peux y aller.

C’était la pen­sée cynique du jour. Atten­dons la réac­tion de Gil­bert Col­lard…