Shronck

Il y a quelque temps, en regardant Ice pilots NWT, j’ai vu un pilote turc en formation faire un « touch and go » avec un Canadair CL-215… train rentré. Il avait juste oublié de le sortir. Le résultat a été fort désagréable : la quille de l’appareil a été râpée sur plusieurs centimètres d’épaisseur, des lignes hydrauliques arrachées, et l’atterrissage suivant a dû être effectué sans freins. L’ensemble est impressionnant, mais je vous rassure : l’appareil concerné a pu être réparé, il s’appelle TC-TKJ et il vole encore.

En voyant ça, je me suis dit un truc du genre : « c’est pas possible d’être aussi con, toutes les check-list d’atterrissage comportent un truc du genre ‘train sorti et verrouillé’ et en plus on l’a forcément en tête en début d’approche ».

Et bien figurez-vous qu’il y a quelques minutes, en posant avec quelque difficulté un Hercules sur un terrain en herbe au Brésil, j’ai eu la surprise d’entendre une alarme, malgré un toucher pas trop brutal, et de pas contrôler mon freinage aussi efficacement qu’en temps normal.

Vérification sur l’enregistrement de vol : j’ai bien pensé à sortir les volets, à caler ma vitesse et ma pente de descente (trop raide, comme d’hab), à mettre des grands coups de pied pour rester dans l’axe de la piste malgré les rafales, mais j’ai oublié de sortir le train.

Bien sûr, dans mon cas, ça ne m’a pas coûté un centime. Mais donc oui, c’est possible d’être aussi con, j’en suis la preuve.