La pensée du jour

Il y a vingt ans, un Bré­si­lien employé dans une socié­té anglo-fran­çaise se tuait au tra­vail en Ita­lie, suite à des impru­dences visant à réa­li­ser ses objec­tifs de pro­duc­ti­vi­té.

Depuis, les syn­di­cats sont très atten­tifs à l’évolution des condi­tions de tra­vail dans les entre­prises sous la pres­sion de la com­pé­ti­tion inter­na­tio­nale, comme le montrent les nom­breux défi­lés du jour.

C’était la pen­sée du jour. La veille, un Autri­chien employé d’une socié­té anglo-amé­ri­caine s’était éga­le­ment tué au tra­vail en Ita­lie, mais il n’était pas syn­di­qué alors y’a pas de défi­lé.