Dessinez c’est gagné (épisode 4)

Il n’é­tait évi­dem­ment pas ques­tion de finir la semaine sans par­ler d’Ho­no­ré. Hono­ré, ce maniaque du noir, des hachures et du relief, qui tran­chait au milieu des gri­bouilleurs d’ac­tua­li­té avec son trait appli­qué sou­vent plus proche de la gra­vure que du des­sin. Hono­ré, dont je cherche depuis deux jours com­ment le mettre en scène, lui qui est tou­jours res­té dis­cret et n’a guère lais­sé d’au­to­por­trait à pom­per. Hono­ré, dont je me sou­viens aus­si comme d’un défen­seur de la nature, qui aurait peut-être noté qu’au­cun ani­mal n’a été tou­ché.

Honore_Snoopy_600

Au pas­sage, l’on se sou­vient que Char­lie, à l’é­poque men­suel, devait son nom à Pea­nuts, la bande des­si­née de Schulz.