Joyeux anniversaire

Elle ne fut pas vrai­ment la pre­mière, et elle n’a d’ailleurs pas radi­ca­le­ment bou­le­ver­sé la vie du peuple — les mois sui­vant son arri­vée ont même été un bor­del sans nom, son prin­ci­pal signa­taire refu­sant de l’appliquer sous pré­texte que les autres lui avaient for­cé la main. Et ce n’est qu’au fil de l’histoire que l’on a pris conscience de son impor­tance fon­da­men­tale, d’abord dans son pays, ensuite à l’étranger, par les nom­breux textes qui se sont ins­pi­rés d’elle pour por­ter plus haut son flam­beau. Elle n’a tou­te­fois pas encore essai­mé sur toute la pla­nète et dans nombre de pays, sa prin­ci­pale inno­va­tion res­te­rait dan­ge­reu­se­ment révo­lu­tion­naire.

Joyeux anni­ver­saire, Magna car­ta liber­ta­tum (et du coup, bon anni­ver­saire, Habeas cor­pus).

Voir aussi :