Traquemage : le serment des pécadous

de Lupa­no et Relom, 2015, ****

Lan­feust, fon­da­men­ta­le­ment, est un cré­tin : c’est un type, tu lui dis d’al­ler sau­ver le monde, il y va. C’est à peu près il me semble ce qu’Ar­les­ton disait de son per­son­nage fétiche il y a déjà quelques années. Et bien Pis­to­lin, c’est pire : sans qu’on lui demande rien, il s’est fou­tu en tête de sau­ver le monde. Avec sa bonne volon­té, sa naï­ve­té de grand cré­tin des Alpes, sa besace et Myr­tille, der­nière sur­vi­vante de son trou­peau de cor­ne­biques, le voi­là par­ti pour zigouiller les mages, ces créa­tures qui lèvent des armées et ravagent la pla­nète.

Esprit de F'murrr, es-tu là ? image Delcourt
Esprit de F’murrr, es-tu là ? image Del­court

Ima­gi­nez une seconde que Lan­feust de Troy ren­contre Le génie des alpages, et vous aurez une idée du fond du pro­pos. Je vois venir cer­tains esprits cyniques, qui pour­raient du coup dou­ter de la véra­ci­té de cer­taines anec­dotes ou même du sérieux géné­ral du récit ; à ceux-là, nous conseille­rons de relire Proust et d’ar­rê­ter de nous péter les burnes. Car la rural fan­ta­sy n’est pas un genre qui se donne à tout le monde, et il faut savoir l’ap­pré­cier — de la même manière qu’un péca­dou, ce déli­cieux fro­mage d’al­page issu du lait de cor­ne­bique, ne se laisse pas savou­rer par le bête gosier d’un cita­din aléa­toire.

On connaissait la fée caractérielle de Loisel, la fée pompette de Relom fera date. document Delcourt
On connais­sait la fée carac­té­rielle de Loi­sel, la fée pom­pette de Relom fera date. docu­ment Del­court

Au scé­na­rio comme au des­sin, l’é­lé­gance est par­ti­cu­lière et la beau­té ne flatte que l’œil de l’es­thète aver­ti. Les per­son­nages de Relom peuvent paraître vague­ment dif­formes, mais c’est parce qu’ils sont expres­sifs, et le gra­phisme détourne en per­ma­nence les codes de l’heroic fan­ta­sy ; ça tombe bien, c’est exac­te­ment ce que fait l’his­toire, qui est un peu au Sei­gneur des anneaux ce qu’une biture de bis­trot est à une dégus­ta­tion de scotchs — le fond est le même, mais c’est plus popu­laire et bou­gre­ment plus mar­rant.

L’en­semble ne vole pas haut, mais c’est sacré­ment drôle, bour­ré de petits détails et de réfé­rences, et pour quel­qu’un qui a gran­di dans la région du pico­don, même l’o­reille est séduite.