Achetez mon livre !

Bon, en vrai, c’est pas mon livre, mais c’est quand même un peu moi qui l’ai fait : Drôles de zings a été des­si­né et lar­ge­ment écrit par Jean Bar­baud, mais un petit tiers des textes a été tapé sur mon cla­vier.

droles_de_zings

Cette pre­mière expé­rience a com­men­cé de manière un peu inat­ten­due : j’ai ren­con­tré Jean il y a déjà quelques années, mais j’ai été un peu sur­pris quand, début sep­tembre, il m’a dit qu’il était à la bourre sur les textes d’un recueil de des­sins parus dans Le fana de l’a­via­tion, me deman­dant “si ça [me] dirait de [lui] filer un coup de main (de “plume”) sur quelques textes res­tant à pondre”.

Mais le truc qui m’a vrai­ment lais­sé sur le cul, c’est l’ar­gu­ment uti­li­sé : “J’ai vu sur ton blogs quelques articles “Anni­ver­saire d’un avion””.

Soyons clair : quand je me suis retrou­vé au chô­mage, j’ai réor­ga­ni­sé ce site en met­tant à part un blog ciné­ma et un blog pho­to. Le pre­mier, parce que c’é­tait quand même l’es­sen­tiel de ce que je publiais et qu’il y avait des gens qui venaient juste pour ça ; le second, pour avoir un espace où mon­trer à de poten­tiels employeurs que je res­tais employable. Jamais, vrai­ment, jamais ne n’au­rais ima­gi­né que ce seraient des articles du fourre-tout res­tant, écrits juste pour le plai­sir sans y pen­ser, qui me rap­por­te­raient du taf.

C’est donc sérieu­se­ment ce genre d’ar­ticle qui m’a per­mis d’a­voir ce bou­lot pas­sion­nant. Oo — pho­to gou­ver­ne­ment des États-Unis

Comme chez Eyrolles, j’ai pu noter que Jean a une approche plai­sante du tra­vail : il ne s’est pas sen­ti obli­gé de deman­der des retouches là où ça allait, et n’a pas non plus hési­té à dire ce qui ne conve­nait pas. L’ob­jec­tif était de faire des textes courts, sur un ton assez léger, mais tout de même infor­ma­tifs, ce qui est un exer­cice de style à part entière. L’ex­pé­rience fut par­fois frus­trante, quand j’a­vais un texte beau­coup trop long que je ne vou­lais pas cou­per, sou­vent exci­tante, quand je trou­vais un bon jeu de mots et que je cher­chais com­ment l’in­té­grer (cf. p.88), mais sur­tout tou­jours pas­sion­nante.

Jean et moi n’a­vons pas tout à fait les mêmes recettes et un lec­teur atten­tif pour­ra pro­ba­ble­ment recon­naître l’au­teur d’un texte même sans recou­rir à l’an­ti-sèche de la page 142, mais le résul­tat me paraît tout de même équi­li­bré et plai­sant. La mise en page souple et aérée s’a­dapte bien aux lon­gueurs très variables des textes, l’im­pres­sion est de bonne fac­ture et met bien en valeur les des­sins (mal­gré une trame par­fois un peu visible dans les cou­leurs sombres), le papier est flat­teur et bien opaque, bref, c’est de la belle ouvrage.

Et en der­nier bonus inat­ten­du, j’ai eu la sur­prise en rece­vant le livre de voir mon nom en qua­trième de cou­ver­ture. Mer­ci !

Tags: