Du nord au nord

Vous avez peut-être vu pas­ser des articles vous annon­çant le suc­cès de Colin O’Bra­dy, un tri­ath­lète, alpi­niste et ran­don­neur qui vient de tra­ver­ser l’An­tarc­tique avec une paire de skis et un traî­neau, en solo et sans assis­tance.

Vous avez sans doute tiqué sur cette phrase :

tra­ver­ser l’An­tarc­tique du nord au sud

Cette phrase, que vous retrou­vez à l’i­den­tique dans Le Monde, Libé­ra­tion, Nice-Matin, RTS Info, La Croix, Le Temps et plein d’autres : c’est la magie de la pompe à dépêches.

Lais­sez-moi vous ras­su­rer tout de suite : Colin O’Bra­dy ne s’est pas arrê­té au milieu. Il a donc tra­ver­sé l’An­tarc­tique du nord au nord, plus pré­ci­sé­ment de la bar­rière de Ronne, limite entre l’An­tarc­tique et la mer de Wedell (à 82°S et 66°W, à peu près la lon­gi­tude de Cara­cas) au gla­cier Leve­rett, à la limite de la plate-forme de Ross (à 85°S et 150°W, la lon­gi­tude de Papeete). De son départ, il a d’a­bord pris au sud-sud-ouest, puis plein sud jus­qu’au pôle (à 90°S pour les dis­traits). Puis, il a repris plein nord (c’est pas comme s’il avait le choix) jus­qu’à la limite du conti­nent.

Tra­jet enre­gis­tré par Colin O’Bra­dy. Ça com­mence au nord (en haut à gauche), ça finit au nord (en bas à gauche).

C’est donc magique. D’un côté, on a un mec seul qui réus­sit à tra­ver­ser à ski un conti­nent de glace, truc qui paraît tota­le­ment impos­sible à qui­conque a deux neu­rones fonc­tion­nels. De l’autre, on a des dizaines de mecs qui ne sont même pas fichus de réa­li­ser cette notion de géo­gra­phie qui paraît tota­le­ment évi­dente à qui­conque a tra­ver­sé le CM1 : si le Pôle sud est au centre de l’An­tarc­tique, on ne peut pas tra­ver­ser l’An­tarc­tique du nord au sud.

Je dis des dizaines parce que, outre le bou­let de l’AFP qui a pon­du cette conne­rie (déso­lé, j’ai pas de mot plus poli, là), il y a tous ceux qui, dans les autres publi­ca­tions, ont copié ça (au lieu d’é­crire leurs propres articles) sans s’a­per­ce­voir qu’il y avait un pro­blème.

Ah, et en pas­sant : il n’a pas été tra­qué par GPS. Il a été sui­vi par GPS — ou alors, vous vou­lez dire qu’il était en cavale ? To track = suivre (une piste, un repère), to track down/to hunt down = tra­quer (un gibier, un fuyard).