Joyeux anniversaire

Il y a des gens qui vivent toute leur vie avec leurs parents ; d’autres non. Lui n’é­tait qu’un chiot lorsque ses géni­teurs décé­dèrent dans un acci­dent de la banque. Heu­reu­se­ment, il était mignon et savait déjà séduire : il n’a­vait même pas atteint le che­nil de la SPA qu’un nou­veau maître l’a­vait adop­té. Il quit­ta la rela­tive cha­leur et l’ac­cent déli­cat du sud de l’An­gle­terre pour l’hu­mi­di­té fraîche et le par­ler rocailleux de la côte ouest écos­saise. Un peu ron­douillard et court sur pattes, il a tout de même remué gaie­ment la queue de la Suède au Kenya en pas­sant par la Malai­sie et Malte : son bon carac­tère et sa gen­tille bouille lui assu­raient un énorme capi­tal sym­pa­thie. À la cin­quan­taine, il reste actif et pra­tique volon­tiers les pro­me­nades spor­tives, même si, comme beau­coup de Bri­tan­niques de son âge, il pro­fite par­fois d’une semi-retraite en cha­ren­taises.

Cos­taud bien que court sur pattes, avec un petit nez et une solide char­pente : le Bull­dog est éton­nam­ment mignon vu de près.

Joyeux anni­ver­saire, Beagle/Scottish Avia­tion Bull­dog.