Le combat ordinaire

De Manu Larcenet, ****

C’est l’histoire d’un photographe qui s’installe à la campagne.

Ça paraît simple…

Mais ça ne l’est pas.

Viré de son boulot, manquant perdre son chat et tombant amoureux de la vétérinaire, il devra faire face à ses peurs, à ses angoisses, à son psychologue et, de manière générale, à tout ce que la vie vous offre de génial et de minable. Jour après jour, le combat ordinaire de tout un chacun, plus ou moins rêveur et psychotique, malmené dans un monde absurde avec des amours délicates, pas vraiment facilitées par ses propres petites mesquineries.

Manu Larcenet m’a eu, je l’avoue. Bien plus qu’avec son Retour à la terre (en collaboration avec Jean-Yves Ferri), qui était plus une suite de sketches ; ici, il fait une œuvre narrative, littéraire, graphique — les flashes-back et les «photos» sont l’occasion de lui découvrir un dessin noir et blanc qu’on ne lui connaissait pas –, humoristique, mais aussi philosophique. Le tout, sans jamais verser dans le sentimentalisme ou la prise de tête.

Et, en passant, l’air de ne pas y toucher, Manu Larcenet m’a redonné envie de faire de la photo, d’écrire, d’aimer, de vivre.

En attendant le prochain tome (trois parus à l’heure actuelle).