Paris, semaine 9

L’événement mar­quant de la semaine, à part bien sûr la pré­sen­ta­tion d’une nou­velle baïon­nette d’objectifs pour un nou­veau type d’appareil (le com­pact numé­rique à objec­tifs inter­chan­geables, peu ou prou), c’est le lan­ce­ment du défi débile dont je vous ai entre­te­nus ici même. Gros­so modo, il s’agit pen­dant 30 jours de prendre une pho­to par jour juste pour le plai­sir de se cre­ver le cul à cher­cher un sujet pho­to­gra­phiable par jour, même si on bosse jusqu’à 19 h et puis qu’on a plus qu’une envie, c’est dor­mir parce que le même Ghusse qui vous a lan­cé ce défi stu­pide ne vous a rame­né à la mai­son qu’à une heure pas­sée.

Okay, avant qu’une mau­vaise langue ne vienne cri­ti­quer, j’admets : j’étais pas obli­gé d’aller man­ger une piz­za avec les grim­peurs, j’aurais aus­si pu ren­trer en métro et j’aurais été chez moi à onze heures. Voi­là, c’est dit, j’ai aus­si une part de res­pon­sa­bi­li­té, ce serait-ce que parce que mon esto­mac a plus de force de convic­tion que mon cer­veau. ^_^

Donc, j’ai pas­sé l’essentiel de mes jour­nées à cher­cher une idée de pho­to, puis à ten­ter d’aller la réa­li­ser. Des fois, ça c’est plu­tôt bien gou­pillé, comme , mais sur d’autres on sent vrai­ment que c’est fait à l’arrache (style aujourd’hui, par exemple). Ceci dit, je suis pas le seul à galé­rer, appa­rem­ment, vu que l’instigateur de cette bille­ve­sée a lui-même pas­sé un cer­tain temps à pho­to­gra­phier son appart’ sous tous les angles en fin de soi­rée, quand l’heure d’essayer de faire une pho­to est pas­sée, et que celui qui nous a pon­du une belle série thé­ma­tique sur la lobo­to­mie avant de mettre les bouts dit lui-même sur son blog que ç’a été dif­fi­cile.

Sinon, j’ai décou­vert le bois de Bou­logne (de jour, eh, pas fou), et Bra­quage à l’anglaise et Sur­veillance sont les seuls films de la semaine, et j’ai déjà dit tout le bien que j’en pen­sais.

J’ai aus­si pris quelques raillats — alors, ici, ça se dit pas, ils ont un autre mot que j’ai pas encore bien sai­si pour par­ler des vio­lentes gibou­lées qui agré­mentent la vie pari­sienne –, ce qui est plu­tôt agréable en cette sai­son : l’eau fraîche, c’est mieux que l’air brû­lant.

Côté bou­lot, le com­pa­ra­tif de sacs touche à sa fin, il pour­rait être com­plé­té dans les mois qui viennent mais bon, on a déjà un petit pano­ra­ma inté­res­sant. Vous aurez com­pris si vous sui­vez ce blog qu’il y a au moins un modèle sym­pa (en fait, il y en a deux vrai­ment bien, qui ont en plus la bonne idée de ne pas s’adresser au même public). À ma connais­sance, c’est une grande pre­mière au moins sur le web pho­to fran­çais que de com­pa­rer des sacs à tout faire (hybrides avec un com­par­ti­ment pho­to, une poche à ordi et un peu de place pour n’importe quoi), et à en juger par quelques ques­tions sur Le Grand Forum (un peu méga­lo comme titre mais bon), ça devrait inté­res­ser une paire de gens.

Sinon, c’est tou­jours le calme plat, avec à peu près deux com­mu­ni­qués de presse par jour dont 0,25 inté­res­sant, ce qui fait pas­ser des heures à cher­cher une nou­velle poten­tiel­le­ment inté­res­sante pour avoir quelque chose à dire. Il paraît que je dois pas me plaindre et qu’après la mi-août, tout le monde pré­sente ses gammes en même temps et que là, on regrette le calme des jours pré­cé­dents. On ver­ra bien.

Voir aussi :