Tor et Pandora

Ça m’a un peu pris le chou à un moment don­né, mais ça y est : Tor marche. C’est son inter­face gra­phique Vida­lia qui m’a éner­vé, parce que curieu­se­ment elle n’était pas sur les dépôts Suse, que la com­pi­la­tion bug­gait à cause de librai­ries qu’elle trou­vait pas (mau­vaise ver­sion de Suse appa­rem­ment), mais bref, ça y est, mer­ci Ghusse, j’écoute Pan­do­ra.

Ben c’est vrai­ment pas mal. Ça marche infi­ni­ment mieux que la radio intel­li­gente de Dee­zer ou le truc qui apprend de LastFM. Par exemple, si je lui demande du Cat Ste­vens, il ne va pas me foutre en vrac tout ce qu’il a en pop-folk ; non, les mor­ceaux sélec­tion­nés sont bien de la même tona­li­té, y com­pris des trucs qui passent bien mais que per­sonne ne met­trait en folk. L’autre truc mar­rant, c’est que les Beatles res­sortent dans tous les coins : Pan­do­ra me passe du Let it be sur la “radio” Simon&Garfunkel, du You’ve got to hide your love away sur Cat Ste­vens, du Revo­lu­tion sur Queen… Il a pas encore trou­vé le moyen de me faire un duo McCartney/Russell, mais je sens que ça va venir !

Au pas­sage, je découvre plein de trucs sur ma propre connais­sance musi­cale. Par exemple, la radio Simon&Garfunkel ne me passe qua­si­ment que des trucs que je connais de près ou de loin : the Beatles, Cat Ste­vens, Neil Young, Cros­by, Stills&Nash… En revanche, la radio Cal­vin Rus­sell me sort presque que des trucs incon­nus, par­fois vache­ment bons, mais ne m’a pas encore (une petite semaine que je joue avec) pro­po­sé un type comme Bruce Spring­steen, que j’aurais a prio­ri plus ou moins asso­cié à Cal­vin, et ne m’a pas­sé qu’un Dire Straits.

Je m’aperçois aus­si que qua­si­ment tout ce que j’aime a en com­mun une “major key tona­li­ty” et une “subtle use of vocal har­mo­ny”. Je suis pas zicos donc je com­prends qu’à moi­tié ce que ça veut dire, mais je trouve ça mar­rant de retrou­ver ces carac­té­ris­tiques com­munes sur des trucs que j’aurais pas mis dans le même panier — Fred­dy Mer­cu­ry et Leo­nard Cohen côte à côte, ça a un effet amu­sant, je trouve.

Enfin, je sais pas exac­te­ment com­ment est fou­tu l’algorithme, mais il se démerde beau­coup mieux que les autres pour affi­ner le choix. J’ai fait une expé­rience casse-gueule : j’ai créé une radio à par­tir de Anyone else but you, des Mol­dy peaches, mor­ceau que j’aime beau­coup mais qui cor­res­pond à un style qui me gave assez vite — d’ailleurs, j’ai essayé une fois de tenir tout un album des Mol­dy peaches, j’ai vite aban­don­né. Et ben au bout de deux ou trois “j’aime pas” — et des deux ou trois “oups, déso­lé, on va essayer autre chose” asso­ciés –, Pan­do­ra s’est calé sur des mor­ceaux dont je suis pas tou­jours fan, mais qui passent sans déplai­sir. Alors que Dee­zer est deve­nu fou et n’a jamais vou­lu com­prendre pour­quoi Bala­voine et Brel finis­saient régu­liè­re­ment en “j’aime” alors que Sar­dou finit très sou­vent en “j’aime pas” — j’ai à peu près arrê­té la smar­tra­dio Dee­zer parce qu’elle s’obstine à me pas­ser du Sar­dou, ça me trau­ma­tise.

Bref, Pan­do­ra, c’est de la balle, et en plus on peut se créer autant de radios qu’on veut avec cha­cune sa tona­li­té, c’est super pour les gens comme moi qui n’écoutent pas les mêmes choses d’une humeur à l’autre.

Acces­soi­re­ment, autre uti­li­té de Tor : chan­ger d’IP autant qu’on veut. Pour contour­ner la limi­ta­tion à 72 minutes d’un cer­tain site de vidéos, c’est super — évi­dem­ment, j’ai trou­vé ça moins génial quand ça m’a jeté après 20 minutes, j’imagine que Tor sor­tait par un type qui avait déjà uti­li­sé le même site ce jour-là…