Enfin !

L’événement est de taille : l’UGC vient de faire son pre­mier pré­lè­ve­ment sur mon compte pari­sien.

Autre­ment dit : les der­niers retar­da­taires ont enfin réa­li­sé que j’avais démé­na­gé, et je vais pou­voir rapa­trier le reli­quat de mes aven­tures ban­caires drô­moises. Bon, c’est pas non plus urgent, vu que ça fai­sait plus d’un an que ça traî­nait…