Faim ? Prenez un sandwich et vendez votre chalutier.

Ayé, c’est décidé : la Grèce va recevoir des sous, en échange de ce qu’on appelle pudiquement des « mesures de rigueur » — autrement dit, appeler le peuple à crever de faim pour expier les fautes de ses dirigeants.

Bon.

Est-ce que par hasard, ça n’aurait pas déjà été fait ?

Pas en Grèce, non, peut-être pas, mais ailleurs ?

Ah si, c’est exactement ce que le FMI a fait tout au long de son histoire, notamment en Amérique du Sud.

Quoi ? Comment ça ? Vous dites que l’Argentine a pas l’air d’aller beaucoup mieux ?

Ah ben ça, ça doit être parce qu’elle n’a pas pris de mesures assez rigoureuses.

Bon, arrêtons une seconde les conneries. Je suis pas expert en économie, j’étais juste l’un des rares à écouter les cours que j’ai eus à la fac, en plus de m’être farci dix ans d’articles d’Oncle Bernard. Je réfléchis à mon échelle, c’est pas parole d’évangile mais ça me paraît pas ridicule.

Le message qu’on envoie aux Grecs, c’est quoi ? Le pays est dans la merde, pour en sortir, on va réduire violemment votre pouvoir d’achat.

Jouons ensemble à nous mettre dans la peau d’un Grec.

Voilà. Je viens (vous aussi) d’entendre nos ministres nous expliquer qu’il allait falloir augmenter la TVA et réduire les dépenses publiques. Je suis pas plus con qu’un autre : je peux calculer tout seul que ça veut dire moins de thune pour mézigue, sans que rien n’indique que les prix doivent chuter aussi (baisse des prix et hausse de TVA, ça paraît pas gagné).

Je fais quoi ? Ben, dans le doute, j’essaie de limiter mes dépenses, non ? Je devais renouveler ma bagnole, mais bon, ça attendra bien un an de plus. Je devais acheter bio mais bon, finalement, les pesticides aussi c’est bon. Je devais prendre des vacances mais je vais plutôt rester chez moi…

Autrement dit, le peu d’argent que j’ai, j’essaie désespérément de le garder. Du coup, ceux qui produisent les choses que j’avais prévu d’acheter n’ont plus d’acheteur — oui, parce que vous, mes chers voisins, êtes aussi prudents.

Plus d’acheteur => plus de recettes. Plus de recettes => glouglou.

Autrement dit, perso, si on m’annonce un plan de rigueur là comme ça à brûle-pourpoint, je bloque l’économie nationale.

Conclusion : un plan de rigueur, logiquement, ça doit faire couler l’économie d’un pays.

Comment se sortir d’une crise ? J’en sais rien, chuis pas économiste. Mais là, j’ai l’impression qu’on va filer à la Grèce un sandwich, tout en exigeant qu’elle vende ses chalutiers. Chais pas comment elle va claper quand elle aura digéré le cadeau… Okay, sur un an, ça ira peut-être mieux, mais il me paraîtrait logique qu’à terme, ça la pousse au naufrage plutôt qu’au succès.

Mais bon, les mecs du FMI et leurs alter ego de l’Union européenne sont vachement plus compétents que moi, après tout, ils ont déjà sauvé tellement de pays avec leurs interventions si efficaces. C’est tout bien expliqué dans ce bouquin, tellement pas cher que même avec un plan de rigueur vous devriez pouvoir vous l’offrir.