La pub qui vise à côté

Ça fait plusieurs fois que je la vois, et curieusement je ne m’en lasse pas trop. Pour une fois, une pub n’est pas odieuse et insupportable… Cette présentation des « afterhours athletes » (les sportifs de soirée, les champions d’après la fermeture des bistrots, un truc du genre) est sobre, bien réalisée, bien photographiée, plutôt élégante et poétique.

Le truc drôle, bien sûr, c’est que bien que présentée par un fabricant de pompes et de tenues de sport, cette pub n’est absolument pas une pub de fringues. On s’est fait la réflexion avec la copine avec qui j’ai été revoir Avatar : au fond, cette pub ne promeut pas son commanditaire mais plutôt la débauche, la vie étudiante, les cuites du samedi soir, les heures passées dans la nuit à discuter en traînant dans les rues ou assis sous un arbre. Elle donne envie de sortir en bandes, de boire, de draguer, de jouer au billard, de se poser sur un trottoir en attendant le premier métro pour rentrer, mais certainement pas de s’habiller en Puma.

Au fond, c’est peut-être pour ça qu’elle me plaît : c’est la première pub dont je sois la cible. Même si fondamentalement, pour les gens qui l’ont financée, c’est une grosse erreur de pointage. ^^