Vulgarisation ou spectaculaire ?

Aujourd’hui, Auto-Moto nous explique ce que c’est qu’un gros carton. Avec Loeb-Elena et Hirvonen-Lehtinen qui font des tonneaux, en Grèce et en Finlande respectivement.

Et le commentaire inévitable : « pilote et copilote s’en sortent indemnes, un véritable miracle ».

Miracle ????!!!!

Non mais faudrait voir à arrêter les conneries, là ! Vous êtes là pour informer vos auditeurs ou pour faire du spectaculaire à deux balles ?

Un accident où on fait plein de tonneaux est rarement grave. Pourquoi ? Parce que le principal risque dans un tonneau, c’est l’écrasement de l’habitacle, et qu’il y a des arceaux justement pour éviter ça. Dans une série de tonneaux, l’énergie cinétique est dissipée petit à petit. La carrosserie peut partir en lambeaux, mais ni l’arceau ni les passagers ne prennent de gros choc : à l’extrême, on se retrouve avec des bonshommes à poil dans une baignoire de sécurité, débarrassée de carrosserie, de mécanique, de tout ce qui ne sert à rien en somme — j’ai souvenir d’un crash de Nascar, sur une bonne dizaine de tonneaux, où même le moteur avait choisi de vivre sa vie, et où le pilote était sorti tout seul d’un amas de tubes deux minutes après, le temps que son oreille interne retrouve une vague idée de l’orientation à adopter. Le principal risque dans une série de tonneaux, finalement, c’est de laisser traîner un bras à l’extérieur.

L’accident le plus grave de ces dernières années en rallye, c’est le crash Märtin-Park en 2005, où ce dernier a été tué. Sortie pas extraordinairement rapide (rallye de Grande-Bretagne, beaucoup plus lent que par exemple les 1000 lacs), frappe latérale pas super impressionnante, voiture arrêtée de suite… mais arceau enfoncé, baquet broyé et copilote de même : l’énergie cinétique emmagasinée a dû être dissipée en un seul choc. Idem pour ce crash de Colin McRae, sérieusement blessé après une sortie en Corse pas du tout impressionnante vue de l’extérieur.

Mais forcément, Auto-Moto, aujourd’hui, c’est pas une émission d’information mais un show pour djeuns en mal de spectaculaire. Donc, faut éviter d’utiliser des mots comme « énergie cinétique » qui rappellent l’école (et « lékol c pas kool lol », comme disent les djeuns), mais choisir des trucs qui rebondissent dans tous les sens — et au prochain accident grave, on fera semblant de pas comprendre comment un petit crash « sans gravité » a pu avoir des conséquences pareilles…