Kalach

Lu sur Le Monde :

Un point commun entre ces deux faits divers, l’arme employée. Des fusils d’assaut de type kalachnikov. Les plus répandus au monde.

Bon, les maniaques de ponctuation auront noté que ces trois phrases devraient n’en faire qu’une : les points au milieu auraient dû être un deux-points et une virgule. Mais passons.

Le vrai problème, c’est qu’on a là un journaliste qui n’a manifestement pas jeté un œil une seconde sur Wikipédia pour avoir une vague idée de ce que veut dire « Kalachnikov ».

Kalachnikov n’est pas un type de fusil. C’est un armurier russe. Qui, comme tout armurier qui se respecte, a dessiné des armes variées, du pistolet au fusil de tir à longue distance.

Le fait est que la famille AK-47 – AKM – AK-74 est la lignée de fusils d’assaut la plus construite au monde, devenue emblématique de l’arme performante, fiable et pas chère qui peut équiper aussi bien des néo-cons texans que des groupuscules afghans ou l’armée régulière grecque. Le fait est aussi que cette famille de fusils est aisément reconnaissable, du fait de la présence du tube de récupération des gaz au-dessus du canon, ce qui incite naturellement tout le monde à en mettre dans tous les films et tous les jeux (c’est l’arme la plus courante quand on joue « terro » à Counter-Strike).

Le fait est qu’à l’oral, le langage courant a tendance à utiliser « une Kalach » pour « un AK-47 ou dérivé », de même que quand on dit « une Smart », on pense à la famille Fortwo mais pas au Roadster ni à la Forfour.

Mais là, on n’est pas à l’oral. On est à l’écrit et le métier du type qui a pondu cet article est d’informer. Dans ce cas, il n’est pas normal d’écrire « type kalachnikov » comme si Kalachnikov n’avait conçu que l’AK-47, oubliant par exemple que la famille PK fait partie des mitrailleuses légères les plus exportées.

Accessoirement, vu qu’un journaliste passe généralement sa vie à tenter de raccourcir ses articles, il aurait pu gagner six caractères en écrivant « de type AK-47 ».