Traumatisons les jeunes

Vu à l’instant en regar­dant le pro­gramme télé de ce soir, sur un site édi­té par Télé loi­sirs :

persepolis_valse_bachir_jeunesse

Bon, alors là, y’a rien à dire, c’est beau.

Per­se­po­lis, un pro­gramme jeu­nesse, déjà, j’en vois qui toussent au fond : ça parle de plein de trucs, mais y’a pas grand-chose dedans qui s’adresse à la “jeu­nesse” au sens où l’entendent les pro­grammes télé (“pour enfants”). Oppres­sion reli­gieuse, puber­té, exil, alcool, oppo­si­tion entre tra­di­tion et évo­lu­tion des mœurs, ça peut s’adresser à des ados ou plus sûre­ment à des adultes, mais je doute qu’un enfant de cinq ou dix ans trouve ça amu­sant.

Mais Valse avec Bachir, alors là, on passe au stade supé­rieur : c’est un film car­ré­ment flip­pant, sorte d’auto-psychanalyse d’un vété­ran de la guerre du Liban. Bon, je suis pas un maniaque qui veut pro­té­ger les enfants de toute agres­sion et leur mas­quer les réa­li­tés du monde, mais quand même, j’évite de leur balan­cer un cau­che­mar post-trau­ma­tique juste pour le plai­sir… D’ailleurs, Arte a joué la pru­dence : un mer­cre­di entre 22 h et minuit, la plu­part des jeunes sont cen­sés dor­mir.

Notons que les autres publi­ca­tion qua­li­fient ces œuvres de “films” ou de “films d’animation”. “Jeu­nesse”, il n’y a que Télé loi­sirs qui a eu cette idée sau­gre­nue.