Neutralité journalistique

Je regarde Des paroles et des actes, et le truc le plus intéressant, c’est le comportement des confrères vis-à-vis de l’invité.

La volonté de ne pas le laisser prendre l’ascendant et mener la discussion, de préciser et pointer les digressions et détournements jusqu’à obtenir une réponse correspondant au moins un peu à la question, de l’interrompre quand il s’éloigne trop évidemment du sujet…

La différence est frappante avec l’obséquiosité qui prévalait chez certains d’entre eux il y a quelques années. « Non mais la question c’était pas ça », c’est un truc qu’aucun ne lui aurait dit à l’époque, pas plus que de qualifier un de ses projets d’usine à gaz, le contraindre à répondre de ses passages au Fouquet’s ou chez Bolloré ou lui donner des cours de première année d’économie.

Le pire, c’est que Sarkozy n’a pas l’air de s’en rendre compte, et continue à tenter de biaiser jusqu’à se faire rappeler à l’ordre. Désastreux pour l’image…

Pour la première fois, il me fait presque plus pitié qu’il ne m’énerve.