Semaine fun

Y’a des semaines, comme ça, où tout se passe comme pré­vu.

Lun­di, pont, je décide d’aller voir Viva Riva !, qui me ten­tait bien et qu’une per­sonne de confiance m’a conseillé. Las, la RATP m’informe qu’en rai­son d’un colis sus­pect, mon métro ne va pas bou­ger. Bien sûr, pas de Vélib’ à proxi­mi­té, donc chan­ge­ment de pro­gramme et film peut-être pas si catas­tro­phique que ça, mais fran­che­ment pas du même calibre.

Mar­di, férié, j’arrive fina­le­ment à voir Viva Riva !, mais on peut pas qua­li­fier de “bonne” une jour­née où la fille à qui je pro­pose de se voir plus sou­vent m’envoie bou­ler et où je vois un film auquel per­sonne n’a rien pigé tel­le­ment le scé­na­riste a vou­lu tout brouiller, si ?

Mer­cre­di, bou­lot, j’ai un appa­reil à tes­ter qui repart ven­dre­di. Figu­rez-vous que jus­te­ment, Olym­pus a pro­fi­té du pont pour annon­cer son TG-1. Sans pré­ve­nir bien sûr. Et même mer­cre­di matin, ni com­mu­ni­qué, ni fiche tech­nique n’arriveront ; je perds une heure à écu­mer les sites web de la marque à la recherche de visuels, puis une autre à chop­per fiche tech­nique et infor­ma­tions çà et là. Gros­so modo, une demi-jour­née qui gicle. Début d’après-midi, réunion avec un dév pour l’évolution du face-à-face où on rajoute des trucs… Fin d’après-midi enfin je passe mon appa­reil au labo, à peu près à l’heure où je devrais avoir fini de trai­ter les images, rem­plir la base de don­nées et publier le face-à-face.

Jeu­di, j’espérais finir l’appareil. Mais Lei­ca a sui­vi Olym­pus, donc je passe la mati­née à taper des articles sur ses boî­tiers. L’après-midi gicle à essayer de faire fonc­tion­ner une carte d’acquisition récal­ci­trante, qui récal­citre tou­jours d’ailleurs. Je devrais pas me plaindre, Renaud y a car­ré­ment lais­sé la jour­née, lui.

Ven­dre­di, l’appareil doit repar­tir. Je me rue sur les images à l’aube pour enfin prendre le temps de les véri­fier et de les trai­ter, pour pou­voir refaire un der­nier test au besoin. Coup de bol, les trucs ajou­tés dans la base causent un bug, ça nous fait pas gagner du temps… Paral­lè­le­ment, un dépla­ce­ment d’un col­lègue en Bre­tagne est annu­lé, mais le cam­ping refuse d’annuler les réser­va­tions ; y’a donc un bun­ga­low dis­po­nible, autant en pro­fi­ter, y’a trois-quatre per­sonnes inté­res­sées, enfin une bonne nou­velle. L’après-midi, j’arrive enfin à ajou­ter cet appa­reil, avec 48 heures de retard donc, heu­reu­se­ment son construc­teur n’est pas trop pres­sé de le revoir et accepte de repous­ser la récu­pé­ra­tion à mar­di. Et pour finir la jour­née sur une note joyeuse, les filles se rendent compte qu’elles peuvent pas venir en Bre­tagne, donc si j’y vais ça risque bien d’être entre mecs — et les dis­cus­sions de topheux/geeks, j’en ai toute la semaine, c’est pas ce que je sou­haite pour me détendre en week-end.

Ceci écrit, comme c’est pas mon genre de me plaindre sans rai­son, j’en pro­fite pour vous pro­po­ser un jeu. Same­di, je compte aller au Bour­get pour le salon La BD prend l’air. Et comme dirait Roger Mason, si j’y vais, c’est pour voir ce qui va bien m’arriver main­te­nant. À votre avis :

— le hall Concorde subit une inon­da­tion-sur­prise dans la nuit ;

— le RER reste blo­qué en pleine voie entre La Plaine et La Cour­neuve ;

— le voi­sin tape sur le mur et l’immeuble s’effondre ;

— la jour­née se passe bien, mais je perds ma clef et dors devant chez moi jusqu’à lun­di.

Les paris sont ouverts.

Voir aussi :