Courrier

Hier, j’ai reçu un cour­rier. Rien d’extraordinaire, peut-être ?

Si :

courrier_ouvert

Il était déjà ouvert.

Comme il était bien au fond de ma boîte, sous un autre cour­rier qui n’a pas été tou­ché, et que j’imagine mal son expé­di­teur jouer à l’ouvrir avant de le mettre dans la boîte d’expédition, je pense que c’est quelque part dans son tra­jet à la Poste qu’il a été ain­si visi­té. Sans doute un indé­li­cat quel­conque, intri­gué par l’épaisseur du cour­rier, s’est dit qu’il avait une chance de trou­ver quelque chose d’intéressant à l’intérieur.

Il y avait, bien sûr, quelque chose d’important : deux exem­plaires de mon pro­chain contrat de tra­vail. Je ne pense pas que ça ait inté­res­sé l’ouvreur, puisque les deux étaient bien dans l’enveloppe qui m’a été remise ; et, en fait, ça n’intéresse per­sonne puisque, même si ça n’a pas fait l’objet d’une annonce offi­cielle, la plu­part de mes contacts pro­fes­sion­nels savent où je vais — il y avait deux postes cor­res­pon­dant bien à mon pro­fil, et j’ai déjà dit que le Poi­tou me fait dépri­mer.

Mais dans d’autres cir­cons­tances, la fuite d’un contrat de tra­vail, ça aurait pu être gênant. Et par prin­cipe, les gens de la Poste ne sont je crois pas cen­sés ouvrir les cour­riers qui leur sont confiés.