Cadeaux

En marge d’un débat sur la publicité sur les sites web qui avait dévié sur la rémunération et les avantages des journalistes, on m’a demandé quels cadeaux j’avais eu dans le cadre professionnel.

Comme j’estime n’avoir rien à cacher sur cette question, et que j’ai plusieurs fois appelé la profession à plus de transparence (notamment via les déclarations de conflits d’intérêts ou la clarté des opinions personnelles des journalistes), voici la liste :

  • j’ai acheté mon K-5 directement chez Pentax, au prix fournisseur ;
  • Sony m’a offert une veste, une paire de gants et un serre-tête pendant un voyage de presse ;
  • Fujifilm m’a offert un convertisseur de prises électriques au cours d’un autre, et un XP30 et un magnum de champagne à la sortie d’une conférence ;
  • Samsung m’a offert un polo Tour de France à la voile (et un baptême d’hélico, de parapente et de bobsleigh) ;
  • Sigma m’a offert un lingot de laiton à la Kina (ça peut toujours faire un presse-papier…) ;
  • HTC m’a offert un One S au cours d’un événement presse (que j’ai à mon tour offert à une collègue, n’en ayant pas l’utilité) ;
  • j’ai gagné un µ1050 dans une tombola organisée par Olympus ;
  • Canon m’a offert une veste pendant un voyage de presse, mais bon, je passais mon anniversaire avec eux en Moldavie au lieu d’être chez moi avec des potes donc je considère pas vraiment ça comme un avantage du métier.

C’est une liste de mémoire, mais je crois que c’est à peu près tout, sachant que je compte pas les multiples clefs USB avec un dossier de presse dessus, les boîtes de chocolat adressées à la rédaction au jour de l’an, les stylos distribués sur les salons, les calepins et blocs-notes reçus en présentations et les invitations au resto à la fin des conférences.

Je ne prétendrai pas que ce système soit juste, mais je pense pas être celui qui en a le plus bénéficié, et il fait partie des avantages d’un métier où la progression des salaires n’est pas forcément mirobolante (j’ai un statut de cadre, 32 ans et cinq d’ancienneté dans la boîte, et je touche 27000 € par an alors que le salaire moyen des cadres de moins de 30 ans selon l’Insee est de l’ordre de 34000 € et que je bosse pour un employeur qui paie plutôt correctement pour ce secteur) et l’un dans l’autre, je vois pas pourquoi je devrais en avoir honte — surtout que ça n’a jamais influencé mon jugement sur un produit et que j’ai toujours mis un point d’honneur à garder mon indépendance d’écriture.

Ceci dit, si demain on nous offre les mêmes salaires que dans la moyenne des boîtes du privé et qu’on nous supprime les petits cadeaux à la sortie des confs, ça m’ira tout aussi bien.