Apprivoiser un Mac : la Magic Mouse

Dans mon nou­veau bou­lot, on m’a vite fait com­prendre que j’avais le choix : Mac OS X ou Win­dows. Cela fait donc un mois et demi que je suis sous Moun­tain Lion au bureau, et je suis bien enten­du tou­jours sous Mint Cin­na­mon chez moi. Après avoir trai­té le cla­vier, voi­ci mes remarques concer­nant la sou­ris qui équipe l’iMac 21,5 pouces du bureau.

Pré­am­bule : j’aime avoir la par­tie char­nue de la main au contact du dos de la sou­ris. Du coup, j’ai jamais aimé les sou­ris petites et basses. J’aime pas non plus avoir des angles sous les doigts et j’apprécie que les dif­fé­rents bou­tons soient bien iden­ti­fiés, y com­pris au tou­cher. Autre­ment dit, j’étais pro­gram­mé pour détes­ter les Apple Magic Mouse — ultra-plates, avec un angle bien mar­qué aux bords et zéro bou­ton visible.

Je m’y suis éton­nam­ment bien fait, au point de consi­dé­rer la sou­ris comme un point fort du “sys­tème Mac” — même s’il y a des choses à amé­lio­rer.

Concer­nant la prise en mains, je remer­cie le concep­teur de ma chaise de bureau, qui a pla­cé des accou­doirs réglables en hau­teur. J’ai ain­si pu les ali­gner sur la table : l’avant-bras étant sou­te­nu, le manque d’arrondi de la sou­ris devient beau­coup moins gênant. Elle reste incon­for­table sur les angles, mais bon, c’est déjà moins gênant quand on ne la touche plus que du bout des doigts.

Ce qui fait toutes les qua­li­tés de la sou­ris, c’est la sur­face tac­tile. La Magic Mouse reprend en fait les côtés agréables d’un touch­pad réus­si, et les colle sur une sou­ris. C’est agréable pour navi­guer dans un docu­ment, par exemple : défi­le­ment ver­ti­cal et hori­zon­tal sont gérés de la même manière, sou­ple­ment et sans cou­pure — au contraire des sou­ris PC clas­siques, qui uti­lisent une molette pour le défi­le­ment ver­ti­cal et des clics laté­raux pour le défi­le­ment hori­zon­tal¹.

Je me suis par­ti­cu­liè­re­ment bien fait au “glis­ser à deux doigts” pour pas­ser d’un bureau à l’autre, au point d’avoir natu­rel­le­ment ten­dance à essayer de faire pareil à la mai­son sur ma Logi­tech LX8. La pos­si­bi­li­té de sépa­rer les gestes à un doigt des gestes à deux doigts demande un petit appren­tis­sage, mais la sou­plesse de l’ensemble fait plus que com­pen­ser la dif­fi­cul­té ini­tiale.

Un bémol tou­te­fois : le même geste (glis­sade laté­rale à un doigt) est uti­li­sé pour le défi­le­ment hori­zon­tal et pour appe­ler la page pré­cé­dente ou sui­vante dans un navi­ga­teur. Il m’arrive régu­liè­re­ment de quit­ter la page sur laquelle je suis parce que j’ai vou­lu aller voir un truc plus à droite de la fenêtre… Sur ma LX8, le défi­le­ment est attri­bué aux clics laté­raux de la molette, l’historique aux bou­tons laté­raux, c’est plus propre.

Autre bémol : la Magic Mouse ne gère pas d’origine le clic cen­tral. Heu­reu­se­ment, il y a Bet­ter­Touch­Tool, conçu pour les track­pads mais qui gère aus­si les Magic Mice (et d’autres choses, on y revien­dra). Il per­met de mul­ti­plier les zones qua­si­ment à l’infini et d’attribuer des fonc­tions à volon­té, au clic, à la glis­sade, en fonc­tion du nombre de doigts etc. Il suf­fit de dix secondes pour lui dire que l’événement “clic cen­tral” est créé en cli­quant avec un seul doigt au milieu de la sou­ris.

Cela pose tout de même un petit pro­blème maté­riel : il n’y a aucun repère du milieu de la Magic Mouse, ni visuel ni tac­tile. Du coup, il arrive régu­liè­re­ment de se plan­ter de deux mil­li­mètres et de faire un clic gauche ou un clic droit. Là encore, une période d’apprentissage est donc néces­saire, alors qu’il suf­fi­rait d’une petite ligne d’un demi-mil­li­mètre au milieu du dos pour accro­cher le doigt qui cherche le centre…

Enfin, la Magic Mouse a un vrai incon­vé­nient : son auto­no­mie. Ma LX8 tient six mois avec une paire d’accus AA, la Magic Mouse fait… deux semaines, max. Je pense que l’utilisation du pro­to­cole Blue­Tooth est ici un han­di­cap (il est régu­liè­re­ment cri­ti­qué pour sa gour­man­dise en échanges de don­nées, que l’on doit retrou­ver sur l’autonomie) face au pro­to­cole radio basique employé par les cla­viers et sou­ris Logi­tech. Du coup, au bureau, tout le monde a un Mobee, un pla­teau à induc­tion per­met­tant de rechar­ger une bat­te­rie spé­ciale en posant la sou­ris des­sus ; faut juste que je prenne l’habitude de la mettre sur sa base quand je pars man­ger à midi, ce qui n’est pas encore gagné.

¹ Inutile de me rap­pe­ler que cer­taines ne gèrent tou­jours que le défi­le­ment ver­ti­cal et qu’il faut alors aller cher­cher un ascen­seur hori­zon­tal pour navi­guer de gauche à droite : mes doigts refusent obs­ti­né­ment de tou­cher ce type de sou­ris.

Voir aussi :

Tags: