Transbordeur

Vous le savez peut-être, j’ai ten­dance à être vague­ment inté­res­sé par les machins qui volent. Or, aujourd’hui, grâce à l’AFP, je viens d’apprendre un truc sur les avions, et il fal­lait que je le par­tage.

J’aurais pas cru, mais figu­rez-vous donc que les avions ont un trans­bor­deur.

Per­son­nel­le­ment, mal­gré ma curio­si­té pour tout ce qui vole, je n’ai jamais uti­li­sé de trans­bor­deur sur un avion de ligne. Faut dire que le trans­bor­de­ment, c’est déjà une opé­ra­tion assez ris­quée en bateau, pour peu que la mer soit un peu for­mée, j’ose pas ima­gi­ner ce que ça donne sur des véhi­cules se dépla­çant poten­tiel­le­ment à plu­sieurs kilo­mètres du sol. Y’a bien quelques dingues qui l’ont fait (des acro­bates, des mili­taires, des funam­bules, et bien sûr les hommes de Bane), mais ça m’a pas don­né envie d’essayer.

Du coup, je suis pas sûr de com­prendre à quoi ça peut ser­vir sur un avion de ligne, peut-être pour le cas où il fau­drait éva­cuer un pas­sa­ger malade sans détour­ner le vol ?

Ou alors… Atten­dez voir, si je lisais la suite de la dépêche ?

Le trans­bor­deur, qui trans­met vitesse et loca­li­sa­tion d’un avion

Ah, tout s’explique : un rédac­teur encore plus inculte que les autres a confon­du trans­bor­deur et trans­pon­deur.

transbordeur

Et pire, grâce à la pompe à dépêches, l’ensemble de la presse a repris cette conne­rie mons­trueuse, répé­tée quatre fois dans l’article. Y com­pris à Libé­ra­tion, parce que comme ils disent, “nous sommes un jour­nal”, pas une source d’informations.